Skip to main content

Full text of "Le Secret Des Finances De France Contenant tous les deniers que leurs Maiestez ont leué & despendu, depuis trente vn ans, finis le dernier iour de Decembr 1580. ..."

See other formats


î 



SECRET DES 

FINANCES DE . 

F R A N C 

Z>efmum , (<r départi en trois liures far 
F ROrMENT EAr.^mdifh^ 
tenant publié ^ pur ouurir les moyens, 
légitimes necejfaires de payer les det^ 
tes du Ttoy , de/charger fes fuiets des Juh^ 
Jîdes mpopz. depuis trente vn ans , 
recouurer tous les deniers frins à fa^ 
^aieïlé. 

Premier liure» 



Contenant tons les deniers que leurs Maieftez 
ont leuc & defpcndu, depuis trente vn ans^ 
finis le dernier iour de Décembre i 5 So. auec 
le Bon d'eftat que le Roy a ou doit auoir en 
(es coffres* ^ 



çlD. ID. LXXXL 



.LlmpriiaearauxLeâeurs. 

AAir LèlhKriCttdteêtrstnefut ly" $fnpri» 
mt par manftrf^édift tn ftSle , tant m ^ 
^ra'idc f tfnportunité deplupettrs gens de bten-, ^ui 
èrujloyent après , tMfejHts,x ofierU Jfiuetile de dejj'm Is 
fi^êHiy mentit. Pér^utyfitun»^ 
contres quelques fautes en F imprefisMi comme U 'Ji 
tien malaifé <fHil ne s'y en rrtêtue^QM hiend'auenturt 
fHei^ne chefe â'ohmis , em nitxei^nt , tm Mcuferm 
itl te pUtfiy l'honneile cmrinptéde ceux onttimfi 
htifié roMura^Cf <à' ne poHMoyent attendre P heure ^« 1/ 
fitfiparMh«Mé.St tu lefuisy^ le loifirle mepemtttej 
iéMlt^tre ett U cênt muMf và de et U^eur, te faire 
rjotr par le menu (fr ncm par nom tente f le; P.xrmtffes 
de ce Royaifint , autc leurs cothes de totu les deniers 
f0ffX,taitféiufeH Roy Loys dotKcàtmetfiMe*nuef9*M 
paye pre/intentent ah Roy y Afin <}ue comme les bten 
entendtu peuuent profiter en ce fommÀtre elîaty il ny 
ait Ai argtuUier^ LabettrewreH Autrcyde tjnei^He f «m- 
lité ^u\l putjfe efire y fui nevttye en cintcune /îemte 
Parrot/Je ce tfutelle p*ye, é' e^'equitahlementeUe 
doit porter y le tout félon le dtifem de l'yiHtheur, /e- 
fuelyfi Dieu liejt dune vU^fwtt vêiriêteuun$.J^ 
cours ne: eîf.'ires pour dcfcoMurtr lufjuesAitfiiidUe 
Mtferes de fejfat de France > afin^ue tupmt DÙH 
iy p0Hr^trp4rhsm^i9mmis ftùjint dii^n. êy 
fgt^^ety^pmerfnmptrmitme. 



Ep I s T RE 

teUh France cft mirce comme le miroir & plia- 
cipal regard delà Clirefticntc. ^ 

Sa ricbcnc» fa grandeur & opulence» confifte ' 
en U trtlêiitiere« tn fparfaice&iresfricfie voISt^ 
dcccs hô:iu stât bien nais:car de leur liûblcobein- ' 
fànceJesRoisvos prcdcceflèurs ont toufîours faiç 
cftat de la valeur & reuenu d'iccluy. TcUcmcnc 
^uequtdcHrcroitrauoirlereucnttordiiMire&ai- ' , 
traordinairc d'vn tel Royaumc,tout autât (peut- 
il croire)qi>c veut Ton Roy:& que veut fou Koy? 
Suffît qu'il puiflcvoulotrtdc fc repofer en la pure 
& friche volonté de Tes fuietstquc ie vien de dire: 
car elle feule a toufiours cfté& fera plus que fuf- 
lifantede remplir vos coftVcs , & d'acquitcrpar 
dItft-HmtesleschargesdelaCouronne.Laprea» * 
uc d'vne tf Ile & fi grade ri chc flcjnc fàuroit mieux 
puottArc^qu'enU confidcutiop dcsgrîdes &no> . 
tdMct fitmiiifs d» iemtm ienct dépôts Taduene- : 
mcotàb Couroni>cdu Roy Henry voftrcpcrc, 
malheur efi que le mefnagemcnt & difpcti 
fatiou (k fcs finances a marche d'vn bien piteux 
tr3in»8(;quV}Ics ont gli/Té par de$ mains trop plus , 
cluantci qu'il n'cuft cflc à dcfirer, tellement que < 
fi clks (c trcuuent altérées Si les fuiets conftituez 
rn quciquie meftcHiteiifeffnentée 
faut s'en ermcrueUlera • 

Dr vr.^y elles font mcniriîlt un mct altérées, & 
tout p»r îautedc n'auou cl^K-rroecs fous vnc 
bonnet afKurec clcf,pourne9iattlsi n'eft-ildit» 
que Ic^ M'.inarchics fv rôt toufiours ncce/siteufc-s, 
C U d(i de leurs huADCes o élimine &confi<;nec 
«a «p«b<»niie & fideUe tniin» c'eft à dire, qu elle 
Stme à fi bon iedôrt».qtie les crodieteurs n'y 



E P H T R F 

Voila, SiRF-, la première conception de U 
decadcce de voftrc Royaume,qui peu après i en- . 
finté la ruine &deAriJétion totale de vos pauurct 
fuicts, &:d'vncmermcvcntrcc a fait naiftrc tant.. 
de mal contcns, voire iufquesaux miniftresdelu 
{lice , tant à caufe de la rétention de leurs çigc« 
que de ceux des gens de guerre : ne tient touccf- 
fois qu'on n'ait toufiours aflèz leuc de dcnim 
pour Tupportcr toutes les charges, & pour en ac- * 
quitcr deux fuis autant : cependant la Couronne * 
ne fut onqucs rc duite à telle neceffité. D'où peut ' 
procéder Ci grande faute? fur qui la doit on rcict- 
ter? Sur ceux (difcnt 3ucuns)qui ont eu le manie- ^ 
inent de vos finances Icsautrcs fur le^ donsim- '-<x 
mcnfcs , autres fur cç que la Couronne , n'a efté u 
maintenue en la MaieHc telle que la loy Salique 
l'auoit decorce,autrcs fur l'artihcc de nos Scrru- 
ricrs Lrochctcurs desquels lantoft a eftç parie, "<f^ 
& tels à la vcrite',ptn{rent & bribent à tors & tra ' > 
uers: de la rcieter furvouî.ny moinsfur lesRoys ' a,- 
vosanccAresin'y a apparence,entant qu'il cft trej " \ 
certain que les iVfaieltcz qui ont commandé fur > 
yne tell? & (1 ampl(* monarchie , n'ont peu & ne 
peuucnt voir finon parles yeux d*autruY:fiir l'an- . 
truy donques,& non fur eux,ny moins fur vous, 
ic ferois bien d'aiiisqu'vne telle & fi grande faute 
fuft du tout vtTfl'Cjgrande & plus que grande , fc 
peut elle dire. Car n'cft - ce rien de tenir vn Roy 
cndette'di- trente milions d'cfcus» au lieu qu'il ei\ 
deiiroit auoir deux cens milions en fis coffres? 

Si vous ne les aiir2,SiRF|faut côclurc par ne- 
ceffité , qu'vnc telle & fi notable fommc de de- 
niers vous a elU' dcfi cbee;car par l'Eft at que 

drcflc 



E P I s T H E 1 

gFidsdeplusfpattcure campagne pov s'c&batr^t^ ' 
MOT entmeair leurs p€l^pourfèri»rhof« ét 

nytSc puis pour fe r'anoir que rvniucrfitc de 
|cur#4eiUers: non pu met cre leur coeuc à l'auan- ^ 
çe,çnrc9hcù. ^atoOtindignc àvn Prificemagna 
nime:maU ppvr di^fèr Ton cfprit à vnc iuftc ài- 
fpcnfatiô iJefon rcuenu.Et fictla cul^ cllcljit dc- 

Cletempsdu prt-rciue{lac>yaucoit mille &mil 
« 4'jBlçi»><|<it n'y fo II t pas»mUle mUHen d*h6- 
rocs fcroycnt viuans > mille millions de perfonncs 
pefcroycnt dcftruiui ic voftrc Couroaot cng^" 
gec comme clic cÙ. 

Dr cefte opprefilîon & concunion maiiifefl« 
laite fur vos rubicts, i'cn ay auffi drcfTc EftaitDip 
cefc par Dioccii-fOu B-iiUiagc p4rBailiiagc,li(ànc 
lequel cognoiftftzeuidémtrtt qu'ils ont dftécoo- 
traincs dc payer plus de deniers qucftouslcS'Con- 
tribuables cnfemblc , tant de ta Germanie, Polo- 
gne, Dannemarc, Pru(rye,R,uflry., A nglcterrcEf- 
Coflc-,ItaliequeEfpagnc,vQireeJicorcy compre- 
nant les Royauines de Bohême & Hongrie. Qui 
euA iamais penfc telle & fi grande confuiion? Ce 
n*eft pas vousicar vont cAes fi Vertueux 8r<lebon. 
naire Prince, &: aimez tant le.bien,rrpo$& fôula- 
gemcnt de vosfûiets , que fi vous-vous en fufluE 
tant foit peu apperceu»i'cuAtez preucnue, & cha- 
fiiéles opprcHcurs comm^ îlappartenoit. 

Si on demâde cômcnt vos predcccfTcurs & vous 
aiiec ignore diofc fi claire,ie ne puis dire linon ce 
«foei'ay defiK.diCi aûàuoirquecomiae les grands 
Monarques ne peuucnt roir finon par les yeux 
d'autruy,il cft trcsfjcilr aux fmoritspoflcdcï d'v- 
ne m^uuaife coufcieucc licuurc porter à leurs 



E P I <: T R F 

defordccs hornbles|diiiipatioiis>niauuais mcfn: 
gememUaidn^criimiKpMiikticofiaÉQbo i 
autres cxce«lct plttscftnngcf q[à'il eft poflibl 
çlcpenier. 

la iâv bien que les dateurs & autres courtiû n$ 
pour câre les bien venus Se s'enrichir de voftr 
TUine,/ègartlrrôt trci h'icn âc faire rftcntir à vo. 
aurciUes de il mauuaire» nouucUes>mais il cli plui 
€fte requis aue vous les fâchiez • SiitE»fi »onl«f 
preuenir le danger cminent qui vous nwrnace.Paï 
quoyconndcrantla caufcdcla maladie du corps 

voftrc Royaume, ic u'jy peu moins qucde Éli- 
re anatomie des membres qui fpecialement regar 
dent le fait de vos finances I à fin qu'icellc bien 
coniiderecyooypuiilc appliquer le remcde tel 
la necrffit^ le requiert. 

Le remède efl bien tout trouué qui voudra: 
car s'il vous plaifl: de voir d'vn bon oeil le prelènc 
cflatfie vous cndrcflcray vn autre» par le moyen 
^hiqoel aurez laporteouucrte poartrouuer le nid 
de ceux qui tiennent auiourd'huy en propriété' le 
bon de cçd EHattc'eft à dirc,qu'on particularife- 
n «tans voe belle lifte les noms & liurnoms de 
ceux qui ont touche, ou retire les deux cens mi- 
lions u e(cus,quc le contable doit par ceditËflar» 
voire on baillera lis confins de toutes les terres» 
iêjgneuriesJc podèiflltoiiSi 4|uieo ont eft^ acqui- 
ses ou achetées: qui lira encore vne prcuuc fu- 

S*rabondante , de k certitude Se entière verito 
icehiy Elhit, Ou bien pour ne renraer tant de 
(IiqC''$, icfiiisbien d'adin<; (HiusvoAre bon plai- 
fir toutcsfoisloM'il-vous pljkfc vous contenter de 
iarcflitution iiinplcj-4cççn.c milion^ de U<^res» 
- . que 



Epistrb 

bouche à Mcflicurs des Eflats: ils acquîtcront U 
Couronne 5 Acquit digne dVne des plus grande 
louange f de lac]aeUeon<)uesa.e(U parl^ $ 6c qui 
pluselt, TEglife, la NoblcflTc , & notamment 
ceux du Ticr eilat > rcceuront vn foulagemeoc 
Cff^raniL 

Et d'autant que lort m'a aducrti que ie me lU 
cencic par trop de vous faire vne telle & ftauan- 
tageu(ê Ottuerture»i caulè que les grâds Seigneurr 
ne trouucront Jamais bon d'eftrcainfi recerchcz: 
Âcles tien fi fagcs & bien aduifez » qu*iU cognoiP 
iênt fort faieo que ie ne parle fioon après Mel^t 
fîcurs les députez des trois Eftats. Les rcqueftcs 
& caycrs dcfauels tendent formellement à vue 
entière & parmite reftitution des donsimmen&Sf 
tellement que d'vn douzain qu'on leur deman- 
de f ie veux s'il m'cft po&ible » les faire quitter 
ponrvQ denier, votre pour vae obole ou pite^ 
& fur la lirte de leurs noms & furnoms , aiicc les 
^mmes de deniers q^u'ils ont touché de ce fonds» 
quelle raifen y auroit-il de l'ett refl&ncir, 
m'en fauoir mauuais grc ? ycu qu'il rie faut fi- 
non extraire la lifte de ieuis propres ca]rers, ie 
parle bienfen difant de leurs propres cayerst^Car- 
entre les EftatS) ceux de la Noblefle dcfqucls ils 
tiennent auiourd'huy les premiors rangs, en ont 
baillé le catalogue • Ainfi ce* n'eft pas moy, 
mais eux mcfmcs > ou leurs députez, qui l'ont 
deliurc,. D'ailleurs, Sihb , vous eftes mon 
Roy , & Tre(^ui<Eint pour me garemtr d*im fi 
bon & excellent ceuure y & qui ne pourra iamais 
eftre troaué mauuais de ceux qui font a&âion« 
Hezà voftrefcruice» 



Digitized by 



Epistrè 
Ibntà prefcntcftartellccsjlcur crédit decric,Iàur 
trafic ÛLBS trafiquc9& leur train piteufcmcnt tràU 
né. Qpi me fiût derechef vons lupplier treshum* 
blemcnt , Sire , faire procéder diligeminent à la 
yerification d'vn ft grâd& excdlenc œuure.Dcf*» 
€OUiinre2(ce fai(ànt)de grandes chpiès» dcrgage^*» 
rczvoftre Couronne, principalement preuien- 
drezài'aueoirl'liabilitédcnos Serrurier s>dc nia«> 
niere qu'ils ne pourront plus fureter. Vos finaces 
reluiront dVn luftr^ admirable,lc Clergc,la No 
bleire9& l ier efta^fe reputeronttres heureux de 
vons reddi'e très ^umble 6c parfiûte obeillâncef 4c 
verrez ce Royaume en peu de temps reprendre & 

première (jplendeun 

Ib n'ay regret que d'vne ehofe i de ne ponnpié ^ 

tout d'vn train vous reprcfenter paryn mefmc 
cûat,lc remède côuenablc à tant de mauK &bre{l 
^hes £ûtcsà vos finSces 9 mais il euft fiiUu fiiire Vn 
Tolume par trop gros.Ne fuftce qu*à y employer 
deux cens ioijuntc & quatorze articles » fous les 
noms de4eu]| çens (bixante & quatorze familks»-. 
entre les mains defquels repofc le principal de ce 
fons# Puis u:ois.cens trente huiâ articles>fous les 
noms de trois cens trente kuit Threibriers > ou 
autre$,qui ont eu maniement de vos finances,qui 
ont portion d'icelles:& trente H x artidesyfous les 
uioms de trente ûx Dames, poflèdis le refte dudtt 
fons. le fuis eftc requis d*y coUoquer la Rovnc 
voflre mcre^mais à quel propos? veu qu'il n'eft ici 
queftioff que de cent mitions de kures,qu*on re«* 
cercheàvoftre acquitPSivouscn vouliez d'auâta- 

Setelle vous dira touûout-s où & là il les vous fau 
ra trouuer : elle eft trop fage mere > & vertueufe 

Prin- 



Oigitized by 



' EpISTRF AV ROY. 

toufîours dieux tout ce que vous voudrez. Voil: 
pourquoy ne trouuerez s'il vous p]ai(l,mauuais,f. 
parvnc digrcftion & en termes généraux , en les 
nommant, fans les nommer ie pren l'hardicilcdc' 
leur dire ainlî , Vous me/sicUrs, les maifonsdcC- 
quels reluifent , &; qui ont cflc agrandies par les 
libcralitez de nos Roy$> confidorcz de combien 
la Couronne el^ engagco, & que la richeffe & 
grandeur que vous auez receu d'icelle, méritent 
bien que vous l'honnoriez d'v ne partie de vos 
facultez: Le deuoirque vousdeUez au Roy vous 
Vobiige,fa Couronne, fon EHat, &Iestllatsde 
fcs EÛits: lln^ulierement le pauure peuple,vous • 
requièrent l'acquiter de ce pcfànt fardeau de dcC- , 
tcsi qu'il a fur la Couronne. Et s'il aduient d'à- 
iianture«qu'aucun de vous recule, afTeurcment il 
fera rcccrchc félon le dénombrement des terres 
& feigneuries que la Couronne leur a acquifcs à 
fon preiudkc, & dequoy par les loix tant diuines 
qu'humaines, elle (è peut releuer : mais la Hance 
que i'ay,qu'ils n'en viendront U| me gardera leur 
en toucher d'auantagc. 

S 1 11 K , le fupplie le Créateur vous donner 
en patate £uitc, très longue Se tresheureufc vie. 
A Paris ce premier iour de lanuicrj 1 5 8 1. 

• ARGV- 



Digitized by Google 



fui porte hfsis de cefie pefdnte ^ efinenieillable 

jfbmme de deniers cjHon a tiré cr exigé de luy, Emer- 
ueillahle peut elle bien ejbre nommée y yen ^ue fans 
fnmluyfait payer tout ce ifu^onveuty maisceUfe 
pourra mieux voir parle fil du texte d'icelny Efiat^ 
pour r ernheUtjfement cr mtcUigence dnjnel on y 
péirticuturife le nombre des Archeuefche^ y ienom^ 
hre des Enefchez^ le nombre des fie fs or arrierefiefs^ ^ 
le nombre des parrotjfes ^ le iiombre des familles oti 
méùfins ^ui font contribuables en ce Royaume. On 
y fpecifié aiî/]ï tous les deniers ejtie les Tapes ontti^ 
ride France y durant le temps dicelny EjlauVray 
eft^u'ilnoHA refie encore quelque Diocefe impôts 
faille cr pour ce (le feule caufe on na peudrejfer 
n y faire précéder lefdits Eftats particuliers y faute 
^ imperfeUion y ^ue ie reiette (à bon droit ) fur 
aucuns banquiers , ijiti tufjues icy ont fait dtffi-^ 
. ctdti de bailler extrait des expéditions par eux 
fur ce faites > mais fans eux {efpere eju^on tirera 
bten la prenne des articles tju^on demande^ ^cujh on 
tnuojer exprejjcment à Rome yfoitvers le JXattasrCy 
Joit vers ceux qui tiennent h regiUre où contre^ 
Tolle dételles expéditions. Icy toute s fris ielesin^ 
terpcUe de notu exempter s'il leur platft de teU 
les recerchesy v^^age difficiles diligences y en 
confideration du fiuiSt que le Roy y eux , er le pu^ 
bUc pe;iue/tt reccmir par [ exhibition de tels ex^ 
traùs : car riefi-ce rien à voflre aduis de faire 
paroiflretfue fa Sainteté a tire de France durant le 
te?nps decefiefiat enuron trente 7ni lion î or. Si le 
Roy à f heure que ie parle y auoit telle Cr fi notable 
partie en fis coffres y il pounoU aifccment rache^ 

ter 



\ 



Digitized by Google 



rc 9 mais exdSttnent faire inflance a V encontre de 
ceux qui tlUgUtmcmcnt retiennent le bon decefiE^-^ 
Jhu €ntr$ Uutsméiins y €étr Une faut <}H€€tU fmr 
payer toHt ce cjue fa Maieflépeutdeuoir. 

jQf^oy cfHtlen fouace labeur tel ejutlefi^ mente 
Irimeteftre dédié mu Rey^ comme éittfii Uluy ejiem^ 
facre pour les caufes qt ratfons dedutSlesen l'Epia 
fire Iwntnaire , mais aufit [ Antheur le ded^epa^-^ 
reniement M rvféÊge & etcenemae des gens des trefe 
Efhats dece Royaume yejperanî ^utl ne fera point 
inutile t quil ne fmUtfie principalement a Ugran^ 
denrde nefire Rey > & éutfenlagement de fin ponte 
peuple. 

^ifant au flile & l^g^g^ ^ traitéida falu en 
vjir de Ja façon teUee/ne letremtereK > entfnieufi 

n^ouln fmure ne à ne l* ordre des fnacesi, fitle des jE- 
fhatsy.ç^ formalité de contes , emfl falu fsure plm de 
fiixante grands & gros volumes duprefhne ESbtt^ 
comme pourexempUyle Domaine du Roy eflcompo^ 
Je d'vne tnfimte de parties , tant en reoepte ^ue def- 
pence y &teRes^ qu'elles font ajfex,fiifffantes peur 
remplir vingt fois autant de papier cjh ejl cefhty J?- 
Jiaty confidert ^ne le maniement q- dtjpenfation 
iicelwy a ejlé jfkit pour U plus part du temps^ 
par dixfept Threforiers de France , les A) de s 
pardtxfept Généraux des finances y <)ui font trente 
quatre perfenHes%& trente ptatre Altemmtifs:teUe^ 
mentcjue de chacune Threfirerie (fr gênera! a c\fiH^ 
droit dreffer autant dEJiats.D autrepartyil y a plu» 
fleurs mmdes fotnmes de deniers y le depurtemene 
defifueues a efle faite au confeil priHcdu Roy^ainfi le 

plm expédient A efii de le faite ^ drejferamfi^u$t 

uejU 



Digitized by Gooj^le 



Digitized by Google 



Sretagae > & enplufieursautreslicux& dioce- 
£^B de ce Royaume ^ pour panienir à dreflèr des 
ligues, parle moyen defquelles femble C[ae de 
nouueau on vueille faire <]uelque remuement 
pour s'exempter de plus payer tant de iabfides» 
chofe de laquelle le Roy a eftc fuffifommctaucr* 
ty>& mefmes de tout ce qui s eft paffé en la pluf- 
part de leurs conferences^ie recueil d'icelles me- 
riteroitbien d'eftrc icy tranfcript,pour y ob(èr- 
uerplufieurs beaux & exceUeos difcours qui/ 
ont efté faits^accompagnezd'vne maai&fte ou^ 
uerturc pour redimcr le Cierge d'vne telle ty- 
rannie>{èulement nous tirerons le fommaire de 
ce qui a e&é traitté entre eux 9 i ce qu'6n puiffe 
auoirplus facile intelligence de laraifon qui les 
a meus de faire & dreiler r£ftat gênerai cy a^ 
près mentionné» qui à la vérité doit (erieuiêmét 
cftre Icu 5c confidcré , d'autant qu*il regarde en 
tout & par tout le profit du Roy » & foulage* 
ment de les panures luiets. Car ils cognoiftront 

à vcuc d'oeil, là & où fcTont fondus les ad- 
mirables fommes de deniers leuees en ù peu de 
temps (ur ce pauure peuple t & à peu près (èn-« 
tîroncles mains d^ceux qui les ont pris &: dcf- 
robez> les noms & furnoms defuuels font c£- 
criptsen vn autre & particulier eftatqu'on de« 
termine de dreffcr fi toft que ceftuy cyauracfté 
preicntéauRoy 9 finon toutcsfois que ces bar- 
ais preneurs viennent à quelque honnefte com«* 
pofition & r^Aittition , (èlonla femonce qui 
leur en a elle fiiice. leiky tresbien que les le-» 
âeurs lane^uiront iu(ques à ce quVn tel & fi ne^ 
cciTaiiL cuat fuie mis en Iuiuierc> rintentioii 

de 



Digitized by Go 



on eft tou(ioiir$ après à le vendre Ôc aliéner, 

bref par le moyen des dccymes^ tant de fur- 
charges » lepauure Cierge cil conflicué ente!* 
le impuiffance qu'il ne peut plus refpirer y k 
polluant vanter que depuis Charlcmac^nc , 1 
n'a eAc opprcffc de ia forte > de façon que û le 
Roy n'y bailioit bien toft ordre , (croit con* 
traint de tout quitter, ou bien fe ranger du 
party du Roy de Nauarre » pour eftre mair.- 
tenns 8c con^èruez en la iouiflance de leurs 
biens. 

C E V X de la NoblcfTc indignez de mefmes> 
fè plaignent encore plus fort ^ aileguans que la 

pUifpart d'eux onteflc ruinez au ieruiccde /a 
Maicftc,, pour tefmoignagc dequoy on ne 
troid auicuird'hny quechafteausr & (èignenrica 
<n Vente , cdits, criées & fubaitations , mar- 
cha ns ny autres ne veulent leur faire le cré- 
dit acouflumé ^ font contraints pafler par les 
mains des fmgfues de France , qui cfl: à dire 
par les mains desItaIien<;,oubien paries mains 
ét ces beauit mignons de Court 9 la^& non ail- 
leurs le crédit de la Noblelfe fc treuue , condi- 
tion meruciileuicment piceuic 9 & tout par fau-» 
. te que lesMo.ns immen(es eftoyent niilerable- 

ipent difprnftz, & les recompcnfes fi m.il Ji^ 
ftribuees que rien piuS) pour le regard desiion^ 
neurs, charges & dignitez^eftoyent trcfcontena 
pour celle heure de s'en taire, afin de taire pla- 
ce aux triilc^ & iuftes doléances que la No^ 
ble({ê fait pour voir v comme elle void- la ruine 
de ce Royaume 9 qui plus cil la gendarmerie 

n'ciloit 



. ,j,.i^i.d by 



en deuii , Pied fbrchu & autres ruperiinpo&« 
dons 9 defqaelles de iour en iour font taillez & 

' retaillez»de façon que la plufpart des contribua- 
hles^n'en peuuent plu$,font mangez & rauàgez^ 
9c ordinairement les huilsiers 9 (ergens & antres' 
cxaâeurs font en leurs maifonsyqui font mille 

mille ezaâionsf côçufsions& pilleries» telle* 
ment que la ptufpart des villages Ce rendent 
auiourd'huy inhabitez. 

LàdelTus le débuté de la Prouince de Pro-r 
uence commença a dire, 

L A Prouince & gouuernement de Prouence 
eft <le ^ancien royaume d' Auftrafie 9 iufques à 
Rcnc Roy de Sicile , qui en fit donation au Roy 
Loys vnzicrme, &cfl toufiours demeuré en la 
pniflance des Ducs de Lorraine & de Bar 9 dn 
temps de ce bon Roy Rcnc, pendant &: au par-» 
auant lequel > les Prouençaux ne pay oyent tail« 
les9impofitions9ay des9fubfides9 gabelles9ny tri- 
buts quelconques : car ce bon Roy viuoit opu^ 
icmment& magnifiquement du rcuenu defoa 
domai ne^eftant paifible anec fes voifins. Le Roy 
Loys prenant poflelsion du pays de Prouence, 
leur accorda & confirma les immunitez & cxem 
ptions no'ils auoyent du téps du bon Roy Ren^t 
&ont dure iufques à ce grand Roy François 
premier de ce nom9qui premier commença aies 
tatHer9vray eft que la necefiité de ladefenfe du 
pays, lors que Charles le quint J entra, meritoit 
oien d'y contribuer : mais ie treuue bien eftrâge 
que depuis on ait leud iur le pays yne infinitd de - 
(lïbfidcs, par le moyen defquclsle Clergé, No- 

. . bieife 6c tiers Eftatifc tireuue cntierçment greué. 

Lb 



Digitized by 



nos bourfcs ù fbuuent vuydecs vne barque 
périt ou vient a eftreprifè, telle perte regarde 

î^ulcment vn pai ticulicr.Maisla taille, détaille^ 
. ruine & dcilruit riiglire^& le tier Eftac 9 Tor le£« 
quels depuis la mort du grand Roy François on 
a Icue plus que tous les courfàircs de mer n'cui^ 
fent fait en cent ans. 

Le Pouti clv e. 

Si vous auîex expérimente letraîtement dcû 
pyrates , voir butuner voftrc cofte » & raua- 
ger le plat pay SiComme font ceux qui (ont defti<* 
tuez de galères, cognoiftriez Ic-bon marche c|uc 
vous aucz de vos fublides » quel regret ) quel de^ 
plaiiirfquelle perte vous (èroit-ce devoir rauir 
les hommes, femmes & cnfins, &: K stranfmar- 
cher en lointain pays» viurc& mourir efclauc 
au milieu des infidèles 9 autres de voir prendre 
Se charger L urs biens, puis par force & violen- 
ce les emporter en Barbarie, Voila des tailles ôc 
fubfides qu'il vous fâudroit payerdeiouràau* 
tre , fi la grandeur de noilre Roy ne s'y oppo- 
foie. £ncore fa dcbonnairctc efi: telle & fi. 
grande 9 qu'au lieu que deuriez fupporter let 
charges ordinaires pour i'cntretcnement de 
fes galcres pour vous foulager f il enuoye 
chacun an de fès propres deniers deux ic 
trois fois phis que ne luy vaut de reiienu le 
pays de Proucnce , la plufpart des Prouen- 
çaux font honorez des plus belles charges de 
larmee de mcr> les Capitaines^ Licuxtenans» 

iuiquesr 



. j ^ .d by Google 



Voos tenez que k mer 4e Proueace efl exem- 
pte de pyrates par le moyen des galères : mais 

ie puis vous aflfeurcr» qu'à caufe du prix & taxe 
des o&ces ) la terre de Proucnce cH couuertc de 
brîgansjvoleursylarrôs^qui d'heure à autre font 
des incurfions,telles qu'il n'y a maifbn petite ou 
rande qui puiiTe s'exempter de les larrecins & 
rigandagcs, rimpunité de leurs maléfices eft 
telle que la plufpart de la Nobleflfe eft contrain- 
te de plus ne Tendurer f &ièioindre auee le 
Cierge & Tier eftat,pour y remédier» 

L A defTus le S^. Beranquc répliqua 9 & de il 
bonne forte » qu'il appaifa aucunement la gran- 
de colère de ceux des trois Eftats de Prouence» 
les priant bien aiTcâueufement ne iauonfer à ie 
ne i^ay quelle Ligue $ qu'il fembloit Ce vouloir 
remuer, mais de le comporter & viure amiable- 
ment les vus aucc les autres » attendant que le 
Roy euft entendu leurs plaintes ^ qu'il voyoit 
fondées fur bien bonnes raifons. Aufsi s'aneu- 
xoit-il que ûl Maicûé y auroit efgard & y pour* 
uoyeroit,à leur grand contement. 

Ce fait Languedoc prit la paroIe,di{ant, 
Dv temps de Raymond &Berangier>Comtcs 
de Thouloufe » le pays de Languedoc ne pay oit 
tailles, impofitions, aides ny fubfidcs , on ne fà- 
uoit que vouloit dire ce nom deGabelle. Aufsi 
la firanchiiè eftoit telle, que le Languedoc de- 
partoit libéralement à fcs voifins, telle & Ci 
grande quantité de fei qu'il vouloit> de manière 
qu'eftant voiture Se rendu aux extremitex des 
fermes du tirage du fcl à la part du Royaume & 
Daulpliinc» le fepticr ne icucnoit à la ccntiefmc 

- partie 



Digitized by Google 



ceu$>quoy qu'ils foyent venus de petit Heu , cîc* 
puis qu'ils y ont vne fois mis le pied, en moius de 
quatre ou cinq ans amaflent tant de biens & tant 
de richcflcs qu'ils dcuiennct comme pctis roys, 
jes Prélats & autres bcncficiers de Languedoc 
en- iâuroyent bien que dire , fingulierementla 
NoblcfTc du payS)Si Raymon &:Bcrangcr Con- 
tes 4e Touloufe^ei^oyêi en vie^ ils denicheroycc 
bien tât de griphons ht monftres9& pour iàuoir 
de coaibicjî iU fcruent en ce Royaume, ne faut 
lire que la Gaule Françoifè de F.Hotoman lu^ 
rifcojtifulce,quoy que foit^ie veux conclurre que 
ces harpies exigent chacun an fur le pays de La- 
gjucdoc autant & plus que rordinaire& extra- 
ordinaire des deniers du Roy monte. 

L E Languedoc harangua plus de deux heures 
peÛcmeAaqt pluûeurs & diuers mefcontente^ 
meuji que le pays auoit fur le dcfordre &mauuais 
mefnagemcnt des finances de France,où il entra 
fiauant qu'il particulari(a plufieurs maiibns .de 
Francet qui depuis trente ans s'eflroyent efleuees 
dclaruyne du Royaumc.Et pourceque la Nor- 
mandicsPicardic, Guyenne &c autres prenoient 
(ingulier piaifird'ouyr difcourircefteLangue* 
dot pu Languedoc,& qu'il eftoit à craindre que 
par ces raifons perfuafiues ne vinlleiu à acquie£- 
fct à la ligue, à laquelle formellen^nt il coduoit 
comme le feul remède pourfc fccouer de tant 
décharges &fubfidcs, Beraoque prenant U [pa- 
role commenta à dire y 

C E s T choie mal icantc aux Prouinccs dV- 
nenionarchie>de s'enquérir des afiaires particu-, 
licrs de fon M(onarquei&vouloir trouucr raifon 



> 



oiy u^cj uy Google 



de plafieursVilles» les habitâns defqnelles luy e« 
ftoyent mortels ennemis, & comme fieranque 
Toaloit les cxcufer fut inflamment requit de 
n'en plus parler. 

A V moyen dcquoy le Daulpfaiué entra en 
lifte» & parla vne heure & demie pour le moins» 
exhibant pour preuae de (on dire plufieurscon- 
trerollcs & commiflions contenant toutes les 
fommes de deniers leucz depuis tréte ans fur les 
contribuables de fa Prouince,& n'y euft perfon* 
ne qui ne trouuaft eftrangctelsdepartemésjmift 
en auant les priuilcges ^ franchifes & libertex dit 
pays , telles, que Ju temps de McfîîreHumbcrt 
Daulphin » fc crouuoit que de fon temps ny de- 
uanton n^auoit ouy parler de tailles ny fijbfi^ 

des en Dau!phinc,il y a bic peu de Prouinccs en 
France douées de plus beaux priuileges que le 
Daulphin^» aufll la court de Parlement de Gre« 
noble, &r tous autres p.flfc-ctionncz à la patrie, ne 
dcfauorifcnt pas grandement le but de la ligue à 
laquelle on viiè.Le Sieur Beranquevouloit par-* 
1er au Daulphinc, mais cognoiflant que toutes 
les Prouincesafpiroient de fc faire ouyr»rcicruai 
de bien remarquer tout ce qu'ils diroyent, pour 
après leur faire rcrponfc au mieux qu'il luyfè- 
roit poffiblejpuis en aucrtir le Roy, à ftn de pré- 
venir des ligues qu41 apprehendoit d'vne péril- 
leufe confeqnence , car il voyoit le Cierge, la 
Noblelle&Tiercftat, libicn vnis que rien plus» 
& encore que quelques vus par demytis terre taC* 
chaflcnt par tous moye's à mettre diuifion entre 
eux» iu(ques à dire que la ligue (H elle (c fàifoit) 
apporteroit rn grand auanccment à ceux de la 

Rcli- 



Digitized by Google 



nît des fcntînellcs ou erpiôs pofcz pour /èntîr le 
marchant & marchandife qui y doit entrer , le 
piper ou faire acroire le plus (buueot qu'ilafrau 
de la Douanncj&par ce moyen attraper les bics 
<iu marchant» 

PovR le regard du plat pays» il eftmang^ 
non rculement delà gendarmerie & gabelieurs: 
mais d'heure à autre fortent delà citadelle les 
ibldats qui vont i la picoree, aaec des infblen- 
ces & cxccz tels & fi grans qu'il n'y a village, ou 
maîTons au goiiuernement de Lyoanois 9 qui 
Tne> deux 8c trois (bis la fepmaine, ne foit con- 
trainte de contribuer à Tappctit de ces canail- 
les 9 quand le (bldatfort) le (èrgent yentre» & 
d'ordinaire les maifbns A>nt remplies de gens* 
d'armes , Gjldats , collecteurs de taille » fergcns 
& gabelleurs j tellement que c'eft bien merueil*- 
les quand l'heure du iour a paiTc fans cfire vifi- 
tee de telles gens* 

L A Prouince Lyonnoife parUdeux heures 
pour le moins , deduiftnt par le menu plufieurs . 
8c grands fubfcideStqui depuis vingt ansauoycc 
efté mis fur éllc^ mefines les entrées de yin, pied 
forchu , fubucntion de fubfide des procez, fi- 
nance qu'on auoit fait faire aux hoftellicrsiper- 
te ineRimable qu'on auoit l&it Ëdre à ceux qui 
libéralement eftoyct entrez au grand party,tant 
du principal que de la rente f louage des mai* 
(ons, emprunts généraux & particuliers 9 crues» 

taille? , dcfquefles entre autres le Bejujolois 
dcpeadant dlcellc Prouince > faifoit iniinîes 
plaintes 9 principalement des contributions 
^u ou leur fait f^irc fou^ couleur des gardes 



Digitized by Goojlle 



ans elle a fupporté plus de charges que trois ces 
auparauanC)Car nos Ducs fc contcntoyent fim- 
plemcntde leurDomaiaç» aucc vn don gra« 
tuit que Ion leur accordoit de crois en trois ans, 
aucc vne douce & fi iufte coche qucpcrlouae 
ne s'en ièntoit intereffi^. 

C li A M P A G N E. 

Ve V que vous eftcs exempts des impoiitions 
des Aydes & tailles » en quoy pouue2&-vous tant 

auoir contribué? 

£oVRGONGNE« 

Si on accorde au Roy cinquante mil liures 
pour le don 6c oâroy^ il en tant cent cinquante 
mil pour les Gouucrneurs,Lieutcnâs5gac;cs des 
Preuofts & Archcrs,& autres articles que ion ne 
dit pas à chacun , voila pour vn item 9 la Bonr- 
gongne outre cela paye les dccimcs , Icsanna- 
tes» les vingt liures pour clocher» cinquante mil 
Kommes 9 uillon hc augmentation de la gen- 
darmerie, emprunts generaux,particuliers,nou 
uelle fubuentiont brdf^ tous les autres fubiidcs 
defquelles les autres Prouinces fbntvifiteeS) la 
Bourgongqejpoiir le faire courr,cn a (àpartscx- 
cepté de rimpolitio n des Aydes» mais vous auez 
ailez entendu combien telle exemption nous 
courte, encore tels & fi cxhorbitaîisfubfidcsnc 
ibnt rien $ au prix des grandes charges cfquelles 
onfidc ordinairement contribuer la Proutnce» 
comme pour la nourriture des Rcidresquiont 
cftéen garnifon fi longuement à YiTurtilIetCon- 
tribution cfmerueiliablc & encore pluspreiu- 

diciablo 



Digitized by Google 



No R M A N r» ! K. 

If confcfTc que toutes les Prouinccs qui i 
parle dcuant moy, font grandement vcxrcs 
mon trefgrand regret, mais quand elles aurc 
vcu vnc lille des fubfidcs qu'on a leuc fur la N 
/nandie depuis trenteans,on nctrouuera eftr 
gc fi ellocft defnuec de fa graifTe, de fa chair , 
ilefunfang: parquoycn mapcrfonne & en 
voftre,nous nous pouuons bien rcpreAnter v' 
vraye anatomic de corps humain auquel ncr 
fie plus que les os & la peau , & encore foule 
Sera-il dit que celuy duquel le propre c(l fim 
plemcnt dedcflainer fon peuple, vucillc ain 
tout vif l'efcorcher ? n'aura-on iamais cfgard 
nos mif:res,pauuretez, ruines, calamité/, defol. 
tions , meurtres , affallnats , faccagemens d( 
villes, conciiffîons, exactions, oppreffions,pil- 
Icries, rançonnemcns , mefchancetcr , yiolc- 
mcnsdc femmes , dcflorations de viergts, 8c 
autres maux dont on nous accable, cll-cc l'c/pc- 
rancedc laquelle chacun iour on nous promet 
de réduire nos Prouinces en bône tranquillitr, 
vnion&concordc?iln'c(lplu$ poflibL- dcviurc 
en tel dcfordrc : parquoy i'interpcUc tous vous 
autres qui elles icy prefens , d'aulfer les moyens 
plus propres 5: tôuenablcs pour nous faire def- 
charger de toutes taillcs,crues,Ayde$, fubfides, 
& de toutes autres impoGcions extraordinaires, 
du moins les faire réduire au mcfmc eftat qu'el- 
Icseftoycntdutcmpsdu Roy Loys xn. 

D K V X iours entiers furent deftiner pour 
l'audience de Normandie, durant lefqucls el- 
le Ce fift bien ouyr , & n'y auoit celuy 



I 

peupIc>onIuy trancha le mot qu'il n'y entrer- 
ny moins y auroit voix dclibcratiuc. Or aua 
que d'opiner , les Prouinccs demandèrent 
S'^'Bcranquc s'il auoit à propofc r quelque choi 
afin qu'il ledccJaraft9 & <]u't ux l'cTcouccroyc 
tmvoldtierstqtti fut caufcqu'aprcsauoîr dû 
coflJcrc tout ce qui auoit oflc propofc, 1 eu r dï 
Vous croirez s'il vousplaill, Mefsieurs, que 
TOUS 6ites entendre au Roy les rcmondrauCi 
qui ontcft^ icy faites» & que vous cnnoyez vci 
luy , il vfcra cnucrs vous de fa dcmcncc & dôu 
Ccur naturelic)Vous déclarera de bouchcjl'aileU' 
nnce que dcurc prendre de fâ bonne grâce » ià- 
iicur&: protc(nion. Aufsiietien tant de voflr* 

}>art,quc par etFcd vous vou<; retirez tciscnucr; 
uy que tous bons & loyaux iuicts Juyucc àlcui 
Prince, en quoy f-ufant il aura iufte raifoil de 
Voi!<; r)ul.ip(. r des rubfides& Il grande s ch.irgcs 
que vous dites auoir. Il dc fplaitmerucillcurcmêt 
2fà Maiefté* quefon pcupleaittant feutfert par 
l'iniure des troubles. Au demeurant» il n'jra ce> 
luy de vous qui nefacbe tresbien,qnc les cnsrgcs 
delà Couronne ne iont petites, Ayant comme il 
a^l'appanagedeMonfienribn frère, mes Dames 
lès fœurs , l'rntrctencmcnt de la Roync,lcs 
douaires des Roynes (à mere& d'EcotTc : outre 
voe infinité d*aiitm grands affaires» dontfês 
«]reuls& pcrc l'ont delaiflc rcdcuable, quiaefté 
caufe de furcliargcr fon peuple, aucc fon grand 
regret: mais par ce qu'il femblc qu'aucuns eie 
vousayentfn peu pafltf mefureifur l'exemption 
que vous vous promctter dcsfubf!des,^ielc vous 
fcruir ca cela d'vnc ligue « ccfte voyc cU dangc- 



plufpnrt lies grands sVfloignent de leur deuoîrt 
s'endorment en ieurs plaiiirs & voittptez:ic6 au- 
tres ayans le coeur à l'auarice > expo(ènt en vente 
toutes loix , priuilcgcs^ droits & iugemens: lc$ 
autre&piiicnc le pourc populaire» pour tournir 
à leurs prodîgalttez defordonnees : les autres 
exercent brigaiidcries , en faccageant les mai- 
ions» violans les vierges & iemmes mariées» 
meurtriflànslesinnocens: les autn;s Ce lai0ans 
gouuerner à de pctis Mignons frizez , pctîs 
Aubereaux ou Champignons , conceus » nez & 
en&niezen vne nuiâ: : il n'eft pas facile deper* 
fuader à pluficurs que tels doyuent eftrc re- 
cogneus pour Princes , & qu'il leur faille obéir 
tant que pofsible eft. Car quand entre des vices 
fi enormcs,& fi barbares,non feulement de l'of- 
fice dVn Magiilraty maisauiside toute huma- 
nité , ne fe void en leur (uperieur nul le forme de 
l'image de Dieu, laquelle dcuoit reluire en vu 
JMagiftrat , &ne voyent nuUe apparence d'vn 
miniftre de Dieu, qui eft donné pour la louange 
des bons & vengeance contre lesmauuais, fin- 
gulierement quand oïl ne peut recognoiftre en 
tuy ce fuperieur» duquel la dignité & authorité 
nous eft tant & tant recommandée. Croyez 
S^* Bcranque que ccfle atfeâion a touHours efté 
enracinée -aux c<3eurs de- tous' hommes, de ne 
point moins hair&au,oir en exécration lesty» 
ransyque d'aime r & auoir en reuerence les Roys 
iuftes& s'acquitta ns deuement de leur charge, 
non que icvuciUc taxer noftre Roy d Vne qua« 
lité autre que d'vn bon & vertueux Prince: mais 

Ut 



Digitized by 



drcffaft ainfiTEftat gcneraUmakiimplemeaC 
des deniers leuez fiir eux. La compagnie luy de-* 
manda raifon poiirquoy,Pourcc,dit-il,quc cela 
pourroit apporter vn remuement mer uciilcuXf 
car s'il eft ainfi que vous-vous promettez que 

ccft Eftat vienne à dcTcouurir le crime de pc- 
culat& larcins qu on a fait au maniement des 
finances^vous donnez (ce Êii(ànt)la plus rude 

alarme nnx financiers qu'ils eurent onqucs. 11 y 
en aura bien d'autres que les financiers, rcfpon * • 
dirêt les députez des Prouinces. Et qui font^ils? 
dît Beranque,lc m'en rapportcjrefpôdit Tyucrc 
député pour le Languedoc» à ceux qui durantla 
minorité des Roys ont eu puiiTance d'ordonner 
de fcs finances , occafion dcquoy ic vouspric> 
monlicur Bcranquc n'empercher ceft eftatt 
comme la clef & principale entrée pour parue- 
nir àacquitcr le Roy s'il doit aucune chofe^fou- 
lager Tes fubiets^âc à taire que ceux qui luy font 
feruice foyent payez ou recompen(ez« 

Ceftcrefoliicion prifc, Tyuere mit enauant 
que pour bien & fidèlement dreflcr vn tel eftat> 
fàloit y employer le S'^^ Fromenteau perfonnage 
aflfez expérimente au fait des finances, s'aficurât 
que s'il en cftoit requis qu'il accepteroit très vo- 
lontiers cefte charge, maïs ceux du Cierge n*y 
voulurent confciuir , alléguant qu'il cftoit de la 
Religion,&comme tel n'auoyent que faire qu'il 
de(comirift rien des affaires du Clergé. Parquoy 
ayant appelle plufieurs cxccllcns financiers pour 
mettre la main à û bon œuurc 9 Les vns firent 
refponfc qu'ils Tapprehendoyent par trop diffi^ 
ctle^les autres auoyct crainte d irriter les grands» 



Uigilized by Google 



' XL't. bruit courut incontinent cfc IVfitrcpr 
d'iccluy cftat, on fait dire à l'orcillc de Fromc 
teaihqu'ii culV i s'abftcnir d'y mMtrela main ! 
voiiloit faire plnifir :i plnficurs grand"; H igncii 
mais il poûpolâ toute» chofes pour (èruir au p 
lors (êrwufement & dVne «liligen 
tndîciblc^tecouura les co^ietdetctfns de toui 
IrsProumcr^dccc Roy.iumc,dc tous les côt» 
Bilats,Baux à tcrnics,côtrcrolleS|&autres ciijf* 
^efflï>ns qur pouuoycnt fèrair i cebefbogn 
Parquov drfir que chicuii auoit de le voir &c: 
tcndrcyoutrc la côpagnie preraicrc) ptuûcurs 
tf ottoerent i Paris i ioar nomm^. 

LAauflî côparutFromcnteau,ac en prcfcrii 
de tous cômcçi à parler en ccrtc rortr,Mt flu ii 
pour m'ac<juittcr de la promcirc «juc ic vous i 
éci$i\\ Y 3 3tiioard*kuy trois moistsuec mcrnei 
Icufc diligence &• dextérité i'ay drelfc IVftata 
vray que m'auez cômindc , eAimât que le trot 
ttcrn tel 1 & afin que cugnoiflieZ que ma paroi 
dft' véritable , ievous produits quatre preotti 
trefccminr':, par le inoycn drfqucllcs on iugct 
qu'c!» toutes (es parties il contient venté. • 

L A première preuue gift>ainreftat9 dcf Thre 
lbriers& Généraux des finâct s,li deuxième p.! 
les contes rcduj dans les Chambres des côtes, 1 
troineme,par les côtrcr^Ucs& baux à fermes» 8 
la quatriciunc par les cobiminiôs & departemf 
des fommes départies par les Prouinccs iVî^'Hc- 
ralitez de ce Royaume, outre tout cela, la vrayt 
prcaue gift en vous tncfinct) comme taotoft u 
VOOS feray e n te n d rc. 
Aiifsi voila ciiiqpreaues oa cefinoignages 
* iufaii^ 



ladite (ôlde ou Tatlion , i6ir<)acs an dernier 1 

ccmbrc 1580, la gendarmerie a fiit cenr & vil 
monûrcstallàuoir Coixante deux en robbcs» & 
refte en armes» mdt 11 defliu^quannitehim n 
ûrcsfontefcoulccs, fàn<;qiirl( s côpagnicsa; 
touché le liard, Ion fait comblé de compagn 
il y a en France, Ion fait auflî le temps quand « 
lés otitefté^eduitcsiafTaucir celles de cêtà qu 
,tct.v;in^>aiitresrois à foixinrc, & ce lles de ci 
'lquanteiu>inm£s d'armes à qnarâu-, & autresfc 
a ticni«^teHemràt^le5Mu«i((]irils appdlc 
'diftrait» on tirera prcuuciuftcdes deniers que 
gendarmerie n roiichc » comme qu'il (bit, fiutt 
clipfcr quarante huit monftres perdues, fans 
comprendre le retranciienift que leur a eft^£i 
jd'vntier, tantoft d'vn quart autreffbis plusi ai 
triCEois moinS|de quartier d'vnè nvonftrc,n'y c 
prenant aufH Infayes , & quelques aotres rcjci 
ues acouftumces. 

D c h preiiuc des dcnîer": leiiez fur IcTit 
£(lat, ellced fortaifee , comme puur exemple 
prenez le cas quels Ibmme totaÎMlà Tai)l6n 
ou antre fDicîc ,fbit de deux milinn'; de liures 
départir fur le Royaume, ne fautfirepicmêc ^ui 
• regarder que Ci la Bourgpngne Ott autre Prottii 
ce aacouftumé d'cftrcimpoiêc à la créée deuxte 
hicjpartie de h foinmc principale, comme tou. 
tçswsProuinccs (âucnc d'ordinaire, quelle part 
À-portion cllcs'doiii<*cporterd'icclle»iors troo- 
Uere? le bloc ou pirticuli, r, :îlicc I.i preuuetrcA 
certaine de çc que pouuez fur ce demander. 

Qy A N Tlla pretioc des vingt liurcsfur cha- 
^adochter deccRoyiomcyclkcft encore plus 

iâcUe: 



9 

Cf.l A fait leur cxpori combic?n J'Eucfcfi 
y auoit en chacune des Arccucfchcz« aucc Iq 
bre de leurs ArciupricurcZ) cotobiêd'Abba 
Priorez ScPttttomn^iï y auoit«o dhtcû Ar 

prieure. 

. CoMBiLN de Bailiugcs Ôc Prenollcz 1 
chacun DioceJè. 
CoMBiT.T{ dcRecéptecgeimiletftlis chac 

Gunnernemcnt. 

. Combien dcReccptcs particuliers fous c 
«une Goneraltt^. 

Pvislcs dcpartcmcsdcs Hnanccî.icoufton 
^cftr«depacti£ fur chacune GcQcralitc. 
X Des 6mmlitet1lTènohaprcsài«s<lejpar 
par Diocdès.par Prouinccs» & parBa'tiUagt 
mais d'vnc telle dcxtcritc que cnacun prenc 
lîngulierplainr àlay voir rendre liviues &fË 
OibsfaHbns-iir fespreauesy & 4'*wànt qu'a 
ciwildtficoycc voir par le menu , la vAlciir & r 
«cîlii ordinaire du domaine <^u,ll.»y 4.4cs A, 
éttdcs doâwntdfrce RojriiMc i tira 1rs EAâ 
A tbaa-ieftcoeocitrs particuliers de ce Roy.ii 
me qu'il atjôit fi iiiAcmrnt vérifiez & calcule 
qu'on qe trou^^aricfladucdccc^H'U.auQiccn: 

^oyèaâfSAît*-». ' ^ ' i'..-. 

MoNSTRA au fiirphis lifie de tous Ie$ dcnici 
quiauoycnt cAc cmfiruiuczcn.c<^jRoy4ume> a 
uec les noms ficfurnoms de tçM ceux oui auoyc 
prcfié , Bref il n'y eaft article- qui ne nift garn 
de fa prcvinr , prîo'cjpaicmcnt pouf les p.irtic 
des Amandes cxtraordinairc$)Conri(cations,!c 
sitiroationsiAttlbejrnet, Suc^pffiÔcdebaftards 
Droit (cignciirial}8t.Augmciitation àc pris de 

» . clpccc 



pourra cftre cntentif,afinquffpar cffc& on p I 
iècognoidre qu'il n'y a ricn icy iînon vn le , 
anireeKCntt , tiré tât des Chambres des con 
de ce Royaume, Eftats vcrifirz par Meflficurs 
Inteodaas des finances i qu'auuî par les Sic 
Thidbricn&Gaier»ix<ics genenlitci dcsî 
1liocetdeceRof«iiiDC>&fîagiiUereinefltpar 
contes & cayers qui font es archiucs des 
Htaifons de villes, qui ont fait la plu^ 
p«rtdes rolles & departemew 
des tailles , de autres de> 
lùçrs qui font icj 
^pedfiet» 



2 I 
caufc la rente à eux afsigncc, fera couche 
aprcs ) au chapitre des I^cntes afsignecs.i 
tontletemps detEcft ell»t.Parquoy c]^ 

LXXEX M** 

: ,yiffMndes extraordinaires» 

T) F s Amande s cxtriordiiuirc; , la CotY. 
tic cjuitPt milioiis lu Ci :ii iml liuns tournt 
jfeceuës auraiK le temps <le ccil eflat , ou^re c 
les qui font comprifcs es baiilx àt' rincs,&; 
«i'autant ^uc les Amandes cxtraordioaircs q%> 
ideàc certaine Tomme prelcrite par iccux, coi 
me celles qui furent adiugecs & payecJ po 
raîfon de l'cfoiotion populaire de Bourdeai 
ic autres de ftmblable nature , ou bien de la r 
cherche fur la maluerfàtion des Thrc/brici 
defquelles les Receueurs particuliers desBailli 

fcs j n'ont fait rèccptc tij motns drcflc efta 
caoiè que les iagemens & arrefts ont ef 
donner par lu^cs & CommifTaircs partiel 
licrs , fur ce cxprcllcmcnt députez par (a M; 
ieftc. Commeapp£r( parleiditsarrefts» & p: 
Eftats pftrticttUcra, poùr .ceft c0câ -^^^z* 
Parqaoy cy , ^ , 

. . XVII M VlC^AlJ 

Cêitffijtions ext^dirdinaires, 

Df s Confjfcations cxrraordinaireSjlafom. 
me dedou^c milioas re|>c.çcas mil liùrcs tour- 
nois * adiugecs à ik MaieÂ^» durant le tem^ de 
«eft EAi^ & ce tut par les Cours (biinemnet, 

que 



4 

nleresyla femme de neuf miliom de Ituret tonfi 

nois, A quoy rcuienncnt les droits dcflufdits 
pour le temps duprcfent eilat > Appert par ks 
eftats des Généraux des monnofes 8e contre^- 
rollcs fur ce tenus. Par(juoy cy 

Dons gratuits ou foudges^ 

D V Don çratuit > la fomme de fbiianteneuf 
miliotts de liures tournois 9 accordé au Rojr 

par les gens des trois eftats , en certaines gene- . 
raiicez & prouinccs de ce royaume durant le 
temps du prefênteftat» lequel Don gratuit eft 
annuel, en aucunes prouinccs, comme Langue- 
< doc> Prouence:& de trois en trois ans> comme 
au Duché de Bourgogne^ft autres lieux qui iufl 
cjucs icy n'ont eu des officiers efleus pour (a 
Maiellé > & qui ont eûe exemptez de contrit 
buer (elon les departemens des eleâions ella- 
blics en aucunes gcneralitez de ce royaume* 
Pour la vérification de la recepte du prefènt ar-. 
ticle 9 ne faut (împlement que voir les eftats de 
Pottroy du Don gratuit, & aufsi paroles contes 
de eftats furce accouftumex d'eftre dreffez par 
les Threfbricrs de France en la généralité des 
prouinccs, fans furce comprendre les deniers 
que les eftats accordent pour les gages des Pre* 
uofts des Mare(chaux,& leurs archers: fortifica- 
tions & rafraichiflement des graines,vins & au- 
tres viu res pour la munitiô des places de la firon* 
tiere d'tcelles prouinceS|Parquoy cy 



Digitized by Google 



6 I 
<îc liditc Don.inn<',pourlctemps de Ctffl: efl 
y compris aufsi la Duuanoc de l'alun leué à 
Rochelle «Scautreslitux & pomde mer éc 
royaume. Comme amplement appert par 
contrcrolics tenus du temps que la Maïcllc 
fait louer par les mains de Kt Receneurs » & f 
les baulx à fermes qui «IcttMtAc depuis en o 
cftc paflez , & ce fans y comprendre plufîet 
rabbais faits aux Italiens, & Amodjaceurs ;tâ 
\ caafe des troubles pour le fkiâ de b Reli^îo 
que autres raifons conrrnucs 5: déclarées ts le 
trcs patentes ^ en forme de rabbais } que le Rc 
«fur ce fittexpedter, Vérifiées par les'Tlireic 
fiers Généraux des finances, ;?cai|fsi enter, 
necs i% chambres dcj Contes de ce ro^nn;^( 
mcfme$ en celle 4c Pari^. Par^uoy cy 

Bfùikilens & Imfofitimiitréku 
Fwéànt héim 

D bs Equiuatens & Impofition de tnittt 
Foraine & haut paifagetla fomme de quarante 
neuf milions de liiircs tournois, pourletemp 
du prefent cflat , Appert par les departemen 
defditt Eqninalenst <r par les Carcabamc con< 
trerolcs & cflats drcffcz , à caufc de ladite Fo- 
raine > y compris toutesfois les fummcsde de- 
niers accordées par les gens des trois Eftatj 
d'aucunes prouin ce s, pour h fupprcfiion & cxr- 
tioâiqn de l'impoiition Foraine » Ic^ucHes 



8 

Eftats généraux tenus àBlois, compris aufs ' 
deux cens mil liurcs tournois, qu'ils ont p 
annucilemçnt à vollre Maîeft^anpactiuuit * 
lire aduenemcnt à la couronnccoimnc au fc 
bUble les deniers par eux Darticulicrcment fo 
ab pourfiitiifiirca la-de^enfe de Toftre voy.- 
de Pologne. Et autres pantcs equipolees àdi 
& à quatre décimes, félon que les occafions « 
dcportemensentporcé.Icy toutcsiou n'ente 
comfHwndfe le* fiz deniers, doute denier»» d! 
huift deniers ,& aurrr^ fommes pour chacu 
liure rupcrimpolèe outre les fommes princif 
lcs,renenMtindebdn i voftre Maie(té.Coini: 
pour les chanoines de Thcrouenne , & aittr 
îêmb labiés nature de deniers. Aufsi n'cftcor 
pris la fomme de trente fix mil liurcs tourno: 
accordée chaefi an au receueur gênerai de ladi 
fubucntion pour fcs j^ipfs. Et Tjfsi les dou 
deniers pour Uure,quc les rcceucurs particulic 
de chacan IKoee(è ont accmiftunié de prend] 
pour Icurfdits ga ges. De tout ce que deflîis a| 
pert amplcmenr par lettres patentes, contcnai 
tous les dcpartcmcns rurdits,parpluneur$ella 
for ce dreA«,& par les rooUes des Eadqucs o 
ItMrs vicaires, & contes gcncrau^ 5f partîcil 
Itcrsfur ce rcndusyParquoy cy 

CXXlltl M"'j 

Francs fefs ^ noHueatéx acquep. 

Des Frâcs Bcfs &c nouucauxacqucils,la fom 
iiie de neuf mi lions de linres tournois. A que; 
les Prélats 9t autres beticficiersdu rojnome on 
compolîf anedefeuRoy voftrepere,vos frères. 

&VOUS, 



lO 

ImpoSt de vingt liurestûtirm^^ùur 

i m 

Des Marguiilic ts de la fabrique des Egli- 
iès dece Royiume, la fommc de dix mitions de 
liurcs tournoi$^ àquoy rcuicnncnt les depar- 
temcns faits durant le temps de ced cllat, à di<* 
wrle$ fois ) chacune foi $ à raîfon de vingt liqres 
tournois pour chacun clocher dcsparroiffes de 
ce Royaumç | Appert par lettres patentes du 
Roy 9 6c par conter èc irfttts fur ce rendus* 
Parquoy cy ' 

Cinéjudntemilhofimesn 

Db la (bide de Cinquante mil hommes de 

pied ) lafomme de quaraiitcncuf milionsdcli- 
ures tournois t leuees fur toutes les vi lies dofè^ 
de ee royaume9durant le temps du prefènt eftat> 

{)our la contribution de ladite foldc9 & fuyiiant 
es departemens en fàiâ par lettres patentes de 
VQ$ Mateftez. Appert parcontrerolIes,eftatç & 
contes fur ce irendus en yos çhâbrcs des Contes, 
Parquoy cy 

XLix M*""!', 

Des Tailles ordinatres»la fomœe de quatre 
vingt & quinze milionsde Hures toarnois, qui 
aufsi a eflc leuee fur tous les fuicts du Roy» con-^ 
tribuables anfdices tailles durant le temps du 
prefe^t eftat^ y con)pris les deux fcls> quatre 

fols 



Digitized by Google 



It 

eft«tt(êlôn & àmcfure que les bcnefîccs 
▼enasieftrcTaccans. Ainfî qu'il appert p: 
eftats de Thrcforicrs de Fracei & par les co > 

des Comniifraircs eflablis au régime Se 
Qcmenc d'iceux bcii:cficcs.Parquoy cy 

/mfof} de l* encrée des vins, 

D E rimpofition de cinq fols tournois j> 
rentrée de chacun mu^ de vinj la (binmc 
▼ingtlniiâmilioRsdelnirestoiirnoû» qui s 
tîrcc à caufc de ladite impofîtion durant le t 
de ccft c ftat, Ainfî qu'il appert parlesbau | 
fermes, & contes fur ce rendus. Bien eft vi 
qu'en aucunes gcneralitezt ladite impontio 
cfté traflatcc fur le fel, & en telle nature cfl- c 
pa^ceau Roy,cn d'autres qualitezellc a cdé i 
pnmec) moyennant certaine finSce , de laque 
ontûit compofition auec le Roy, à la charge 
la leucr fur ledit (c-I,occafion dequoy n'cftcor 
pris au bioc de la fommc de la gaoellc du fcl d< 
recepteeftSiitecfdettant. Appert unt par le 
très patétcs , contcnît la création dudit impol 
B'tulxàfermesyContrcrolles&cRatSifur ce ver 
£et par les généraux de U charge , & par le 
contes qui font es chambret des ci(HitesaPari« 
0E «atres liewuParqnojr cjr 

xzviii m""!" 

^mfvtmtsgenndHXiSrfdnicuJiers, 

Des Emprunts généraux & particuliers la 
fommc cU cin^uâtc huiâ milionx dcliurcs tour. 

nois. 



î4 

vérifiées cÔmc dcflus^Procez verbaux des Conl^ 
miiTaircs qui ont procédé à ladite alienationt Qc 
par les eftats dreiTcz pour ccft effet» cnlcmhle 
des contes rendus es chambres des Contes de 
ce royauqiCtParquoy cy 

VI M^"* IllC M f4 

Des Aides des cleétioOT<ie ce royaume» U ^ 
ibtâme de if x mtlions cinq cens* mil liiires » pro-« 
uenus de la vente & aliénation defdites Aides» 
qui a eftc iaite d u rant le temps de ceft eftat. Ap'» 
pert comme deiras.Parquoy cy. 

^mies CdJuelliS. 

Des Parties cafaelles » la fommc de cent 
trente neuf filions de liures tournois,à laquelle 
te treuue monteur b compofirion de la finance 
des offices accouftumez, d*eftre mis en taxedu* 
rant le temps de ccft eftat» fbit par mort rcfi** 
gnation ou autrement % compris toutesfois la ^ 

création nouuellc de pluficurs , Maiftres des 
Requeftes, Prcfidens es cours de Parlement» 
Con/cillers en Tereâion des (ieges Prefidiaux^ 
Scmciftrcs en la chambre des Contes, pîufieurS 
offices des finances alternatifs 9 nouuclie créa*' 
tion de piufieurs Secrétaires du Roy » Audîen* 
ciers>Ileccueiirs des dccimes,Grenctiers, Con- 
trerolleurs & autres » Ainû que plus à plain 
appert par edits % contenans ladite création» 

eftats 



Digitized by Google 



i6 

au profit de fa Maicftc outre le rcmbourf 
laïc des deniers financiers par les pourucL 1 
dits offices durant le temps du prefent 
Parqttojqf 

IX ^ 

(ontrihution du han arrierehan 

D F. la Contribution du ban &arrier( 
fieû ou arriercÊets,la fommc de vnzc milio 
Uiuresleuezidiuerlics fois darSc le temps de 
eftat , Appert par lettres patentes fur ce de: 
chees,par les efbts dreflcz par les ficurs Tlu 
riers de France } &aufsi par ks contes t^ui 
À chambres des ContccParquoj vf 

XI M*" 

Siftrdnçhmentdes gages des officiers. 

D V Retranchement des gages d^s officie 
la fomme dcncufmilions de Hures tournois,' 
uecs,àdiucr lès fois durant letcmps deccfl c£l 
fiir tous les officiers de ce rturaume » ce po 
vn quart, cinquicinc, autrrsfois tierce partie 
leurs gages d'vn an,felon quciclirsMaieftex £ 
foycnt entradre la necefW de leurs «fiir« 
Appcc' P^i^ plufteurs cAats qui ont efk^dfcll 
au confcil priuc' du Koy^ & par contes lùr 
rc ndus. Parquoy cy. 

Destnanei de Lieds ^ vins, 

Dti Trautc s de bleds & vins en pays cftra. 

Se» klbmme de dix milions de Hures toamoi 
urant le temps de ceft cftac > fkiaj compre i 

d 



it 

cee à diuerfcs fois durant le temps de ccflcAafi 
par pluiteurs officiers tant des Cours fouoeraU 

nes,Chambrcs des Contes, Thrcforicrs , Gc-* 
neraux& autres iinancicf s > moyennant laquel-^' 
k financé augmenution de gages leur a efté 
faite. CoiniiK appert par hdns vcriticz efûitcs 
Cours & Chambres des Contes t^eftats & con-» 
tes (îir ce rendus. Parquo y cy 

■ 

Communes j^^urages. 

D B s Vaincs pafturcs $ communautcz & pâ« 

fturagcs,auoc confirmation des priiii!cges,crea- 
tion de foires franches t & autres Icmblables 
droits 9 la fomme de (êpt mitions de liurcS 
tournois , que les fubicts de leurs Maicftcz en la 
piufpart des prouinces de ce royaume ont li- 
«nancee à diuerfcs fois > tant pour auoir main lc«» 
uccu'ckurs communautcz Vaincs pafturrs, à 
caufè qu'on prctcndoit quelles auoycnt elle v- 
lhrpees,&autrcroent,Quc auffi pour auoir con- 
firmation de leurs priuilcgcs , &:pourauoir &: 
obtenir foires franches» exemptions & autres 
droiârs* Appert par lettres patentes fur ce de- 
pefcliee$,eftats & contes rendus* Parquoy cy 

on-; K 
Vil M f. 

Procureurs ^TslatdiresfSy Sergens. 

D' I c E V X ProcureursjNotaires & Sergens 
la (bmme de quatorze milionsde liures tournais 

paycc ;i diuerfcs fui^ durant le temps de ced 

ttcraincsy 



Digitized by Google 



Des Dcnien înopincr , U fommc do 
ïtjilions de liarcs tournois. Po H (emblablt- . 
inçprouenuc delà dcfpouillc dcpluficurs g 
i|^etlbnnagcs,dcr(}uels particulicrement on 
nr^eimencorc viuans« leurs reucnus & grs 
fominc"; de deniers. Nature de deniers qs 
n'a| pcu.iutrcmcncqualih^r,a cauic ijuc iîi 
hément telles finances eftojcnt tirées, làm 
les propriétaires y cuflentpcnfc. Comme p 
ejwmplci rEucfqucdc Montpellier > l'Abb 
Ctfteauz,& infinis autres» aucuns delqaeL 
font morts de regret. Appert par proce-z. -v 
baux)& cAats dte&z durant le téps oc ceft cà 
Far^uoy cy 

'Nôttuelie Juhuention. 

■ Db la Nouuelle fubuention , la fomme 
tfeote cinq mitions de liurcs tournois. Le< 

Sartemcnt de laquelle a eftc faite par vos Ma 
;ezi en voilre pnuc con(cil % pour eftre payée 
départie fiir toutes les dtec, villes j bourg» 
bourgades dofcj de ce royaume, dun ccrta i i 
années prcfcritcs par les dcpartcmcns& cl\ 
fur ce dred'ex* fiiyuanc lefijucls ont eûé paj 
durant le temps de eftat. Appert coitta 
deirus.Parqii07C7 



XXXV M*^ 



Fer^cnyUre^^S" autres métaux. 

D'ic fi V X Mcuuxy la fommc de crois m 
' ■ lio 



charges ou defpcnce fur çe, 

A V Roy Henry deuxième, au Roy François 
dcuxiemeiau Roy Charles neufiçme» & au Roy 
àprefeat régnant» la fbmnic de trente huit 
lions de liurcs toiirnois,à laquelle reuicnt la de(^ 

Ecncedc bouche de leurs Maiefiez» y compris 
i.tabfei des Ruinies d'JEipagne 9 de Nautrre > & 
Duchcire de Lon aiîic,lors & auparauant qu'el- 
ks fuiïèiit mariées, compris au{& la table de 
snonfieurlc grand MaiAre de France » celle du 
premier geiitiihomme de voftre Chambre, & 
autres vos officiers domciliqucs & accouHu-» 
mev durantlc temps de ceft eftat 9 qui font tren- 
te & vn an finis an dernier Décembre 1578. cô- 
me dit efl, App^^^ P^J^ contreroiicss mar- 
chez faits auec lea viuandiers & poaruoyeurs 
& eftâts tant des bolengicrs , patilîicrs , viuan- 
diers 9 iruiâiers & autres dcuiniz pour les a- 
chants des prouifion$ de la mai(bn • Appert 
aufli |)ar les contes fur ce reudus.Parquoy cy 

**• • ont t> 

Douaires. • ' 

' A V X Roynes& Princeflès qui ont douaire 

en France la fomme de douze milions de li- 
urea tournois 9 pour les douaire^ d'icellcs fe« 
Ion que la teneur d^s contraâs de mariage le 

portent,& fuyuaiu les eftats c]uc leurs Maieftez 
eA ont fait, compris aufii quelques liberalite^K 

faites aofdites damc^» outre Icfdits douaires. Ap- 



Digitized by Google 



ConneSiahlc^y 

Grand ^aijîre de France^ 

JxCareJchdUx de Francc^y 

^dmral^ 

CrandUeneur^ 

CMuemeurs des framnces, 

A Me/Heurs les Conncftablc,Grancl Maiftro 
de l^rancc, les quatre Marcfcbaux de fraace^ 
Admil'âl f Grtnd Veneor ^ Govuerncum 

Licuxtcnans gcneraux pour Tos Maicftez atiic 
Prouioces & gouuernetnens de ce royaume > la 
fbmme de doute hnilions de liures ^ Qu^ils ont 
chacun dVux refpcftiucmcnt touche à caufc de 
le urs cfta ts. C omme appert par k« eftau acoii^ 
ftutnez d'eftre fur ce dreflèz , parles Intendans 
des finances i&pir les contes rendus durant Iç 
temps liildit» 

• • » * . 

Chetéoliers de tordretCe»tiLtt<nm»ei 

de la Chamh} 



Avit Ckeualiers de Tordre, fit Gentilskom*» 

mes delà Chambre du Roy,lafommcdc fix mi^ 
lions de liures tournois > qu'ils ont fcmblable-; 
ment touché durant le temps de ceft eftat, félon 

qu'il a pieu à vos Maieftcz les leur faire payer. 
Appert par les cftats & contes rendus. Par* 
quoy cy 

VI M^"'f. 



Digitized by Google 



2^ 

du guet, paillaiïcs, vîn, &- autres nccc/iitcz ^u*il 
£uicpourlagardc.ParquQy cv 

Suijfes. 

Avx Suiflesde h pnrdc ordinaire du Roy, 1% 
(bmaie de douze cens mil liures tournois à euK 
payée pour leurs gage s» durant le temps de ceft 
cftat. Appert par les coiitreroIlcs,cUats,& con- 
lesfurcc readus^P^r^iip^ cy 

■ 

^l? appelle ch/mres 
du Roy. 

Avx Grand Aumofnier , Chantres & chap- 
pelle du R oy , la (bmme de huiâ cens mil liures 
tournois, à eux ordonnée par eftats fur ce par- 
ticulièrement drefTcz durait le tcmp;^ de çed 
<ftat|Par(juoy cy 

V 1 1 1 C M f . 

Fieds jkaumoihes iiiÇ m ïy 

Avx loueurs d'inftrumens de vos Maicftezt 
hfbmmedeceat cinquâcemii Uures toumoist 
auflî pour leurs gages, durant le temps du 

prciènt eftat » Appert comme 4cilus« Par- 

guoy cy , 

CL M i'. 



Digitized by Google 



a8 

Apotycaircrie &r Cirurgic du Roy , la C 
me /le trois cens foixantc & dix rail liurcs te 
nois> compris les torches & flambeaux qu' 
faludurant ccft cftat,pour la maifon de vo« I 
iefte2. Non coinpmlcs gages dcsMedcciiî 
Cirurgiens qui foDt couchez cy aprcs au r. 
dcfFmdèun da R.07.Par)iio7 cy 

X.XZ ] 

Parfumeurs. 

Ayx Parfumeurs du Roy, I l fomme devi 
^qmil liurcs , tant pour leurs gages que. d 

rtes& eftofFes, pour la per£râioa des lèntc 
parfiinsfaits durant cefteftat. Appert Com 
(lçflus*Parquoycj 

XXV M 

létrJhûtrs^ruiSurs, 

Ayx lardtniers & Fmiâiers.b ibmme de 

niil Hures tournois, qui fc trcuucnt auoir e. 
pajjrccsdurâc ceft cllat>tant pour leurs gages q 
frniltacMiiKanxextraordinairemcot apportes 
1« Cottit.par<]uoy cy 

VI H 

'Bûuffom.^S auteurs Valeurs. 
Avx Bouffons, SauteurSjBalcurSjIoucurs < 
farces & comédies > la fomme de quarante huit 
tnil liures à eux ordîSliec& payée durit Ictrmp 
de cejleiUt, Appert comme defliis. Parquoy c 

XLVIII M I 



fait durant ledit temps » pour la quefle dcfdits 
oifeaux de proyc^ft ce outre rordinaire couché 

m Tcftat général de Ja Fauconnerie. Appert 
comme dcirus*Parijuoy c/ 

kxxii M {m 

iens £^rtoi$. 

A vx hommes députez pour le recoiuircincC 
des Chiens d'Artois» d'Angleterre & d'autres 
pays eftrangesy \z femme de douze mil Uures 
tournoisjdui at le temps de ccfl eftat^outre l'or-«> 
diuaire couché en TeAat gênerai delà Vene-« 
rie 9 Appert tant par contreroUe que acquits 
Pai(juoy cy ^ 

XII M \^ 

t 

grdmlesSctdes» 

A vx Maiftrcs des Icux de paume > artilans 
qui font les raquettes» efteuis» oales, palcmaille 
& boules» la fomme de vingt mil iiures » qui (e 
ti cuucnt employées durant le temps du prefent 
c{lat»outre les parties fournies par le Threforier 
«les menus plaifirs. Ainfi qu'il appert parefiats 
&: contrcroUes.Parquoy cy 

XX Mf« 

Awx Maiftres loueurs de fale^ou efcrimeurs» 
la fomme de vingt mil Hures » tant pour 
leurs gages que parties par eux fournies 

durant 



I 




Digitized by Gorxjïp 



Capitaine des mtdets du 2loj. 

A V D I T Capitaine la fommc de trois ceaâ 
mil Hures tournoisytant pourfes gages que pour 
l'cftat que le Roy luy a ordonne par iour pouif 
chacun muktf moyemunt lequel il eft tenu de 
fupporter toutes chargesyttnt pour lanourrita-i» 
requ'cntretenementdefdits mulets. Comme il 
a Ëut tout le temps du prefeat eAat. Parquoy ex 

(harro^. 

A ceux qui ont la conduite des cKarstdiarrioM 
& charrettesyiaibmmededcux cens mil liures 
tournois , pour Tentretenement de la nourrita^ 

re des chcuaux , & équipages dudit cfaarroy du«« 
rant ledit tcmps.Parquoy cy 

ZJiHandiers eîT* Cuifimers. 

A V X Viuandiers & Cuifiniers » la (omme de 

huiftmil liures, qu'ils ont extraordinairement 
receu durant ledit temps» outre ce qu'ils ont rc* 
ceu tant pour leurs gages t^uc parties par eux 

fournies en Tarticlc de la dtfpenfe de bouche,de 
leurs Maieftez. Appert par citât & contrerolle# 
Parquoycy ' x 

VIII M f. 

Tanetiers SommeiUers, 

A V X Panetiers & Sommeillera y la fomme de 

fcpt mil liures tournois , aufsi pour parties ex- 

tf aprdiiuiremcn t par eux fournies durant ledit 

temps. 



Oigitized by Google 



Î4 

Av Preuoftde THoftcl, iès Licutenans&f 
Archers la (bmine de feize cent mil Hures tour- 
Doisyàeuxfcnfiblablcmcnc ordonnée pour leurs 
gages durant ie temps du prefent eftat, y côpris 
les deniers deftinex pour les frais de luftiée d*i<- 
celle Pfeuoft<?,*&:aufli les deniers des gages des 
autres officiers d'kelle.Parquo/ cy 

XYI ^ M f • 

^remfisdeMefitursles 
ÀCàreJchdUX. 

A V X Preuofts^leurs Lieutcnans & Archers 

dcMcflîcurs les quatre Marefchaux de France^ 
laibmmc de ièpt cens milliures tournois» à eux 
ordonnée pour leurs gages durant le temps du 
prefent eftat. Appert comme dclTus , y compris 
auffi les oiHcicrs de ieur^ Preuofts. Parquoy cy 

E T poui^ le regard des autres Prduofts qui 

font cftablis par toutes les Prouinccs de ce roy- 
aùme,lcurs gages ne font icy employez. D'autat 
que Mefltcurs des Eftats aux defpens defdites 
Prouinccs ont conucnu & accorde dclcs (lipc* 
dier.Parquoy cy * 

KEANT 

.grande, chtmcellene dc^ 
France^. 

A Monficur le Chancelier la fomme de Cix 

cent 



Digitized by Google 



3« 

des parties cafaelles, Threforicrs delà maifoa* 
du Roy 6c ContreroUeurs* généraux» la (bm me* 

de quatre milions de liures à eux ordonnée pour 
leurs gages durant le temps du prefenceftaF.Ap-' 
pert tant par contrerollcs eftata «jue côtts fût te 
rendus. Partjuoyyy 

MdiJlresdesRequeJtes. 

Avx Maiftresdes Rcquefi: es ordinaires la 
fommç de dpux mîliona de liures à eux ordqpee 

pour leurs gages durant ledit temps* Appert 
comme dcUus^Cy 

Secrétaires. 

A V % Secreuires du Roy à la fuite de la gra- 

de Chancellerie tant B(>iirricrs,Gagicrs, qu'au- 
tres>la iomme de cin^ cens mil liures à eux auffi 
ordonnée pour leurs gages durant k temps du 
prcfcnt cftau Parquoy cy 

Chétncellerie à Taris. 

Avx Gardes des Seaux, AuJicnciers, Con- 
ticTuUcurS)SecreuircSf & autres oiticiersdaceU 
le Chancellerie la (bmme de centmil liures^pour 

lcurs*gac;es, à eux ordonnée durât le temps fufl 

dit. y compris les charges, ordinaires d'icelle 
Chancellerie. Appert par les contreroUcs^eftats 

& contes fur ce rendusfPar^uoy cy 

c 

rhan-- 



Digitized by Google 



38 

Gagcrs> Bourflcrs» Contrcrollcurs & autres 
officiers d'tcelle Chancellerie la (bmme de Coi^ 
Mnte & quinze mil liures tournois , pour leurs 
^ages durant le temps de ccdit eftat ^ y compris 
quelques autres charges. Appert par contre^ 
t'iAïés y eftats & contes comme defTus , Par-- 
^uoy cy 

Chdncetterie Dauphin^. 

Av garde des Seaux, Audienciers^^bcretaires» 

Çotrcrollcurs &autrcs officiers d'iccllc,la fom- 

me 4e (bixâtc & quinze mil liures toufivoisiftQur 
leurs gages durant ledit temps &.pour quel- 

qucsautrcs charges y corn prifes, Apport par cô- 
jtrcçoUcs 1^ cout^ iur rçndu^Parquoy cy 

lxxym1\ 

Chdncdme de Tr^encc^j. 

A V garde des Seaux, Audienciers, SecretaU 

rcsjContrerollcurs & autres officiers d'icclle la 
fomme de foiygntc & quio^ nûliûircs tournois 
pour leurs gages durant le temps du prefent t- 
liât, & pour qucl<jucsaut<*e$chî^rgcs^côj)nfc^« 
parcjuoy cy 

(JCXV Mf* 

chancellerie de^retmgttc^. 

A V garde de4î Scauxj Audicnciers, Secrétai- 
res, ContrcroUeurS & autres officiers d'icelle la 
fomme de feixate & quinae mil Itur^s tournois, 
^ eux pr4onucc pour leurs gages â( autres char^ 



Digitized by Goo^le 



40 - I 

' ; 'Parlemenode Thoulou'^. 

A V X PrclldcnSjConfLilIci <;, Adiiocats 
*Urcur gcntral & autres ofijcurs «iu coj 
1^ cour de Parlement de Thoulonze* talô 
«^edixTcpt cens mil liurrs tournois pour 
gages à euxdcus > droits de Cire & autres 

J^cs ordinaires) payées dorant le temps du 
ent cnat.A^errpar ciUttAe coittea lùr ce 
<lus.Parquoyqr 

TarUmenrde'Bounlcuté'X. 

A V X PrrfiJcnï,Confcjllcrs,Aduocat$, 
curcur général & autres o^bciers du corp 
Jaconr de Parlement dé Bourdiaittx»Ut iôi 
de douzr cens mil liurcs tournois pour leur; 
gcs à eux deus» droits de .Cire * & autres cha 
ordinairesaceottftumees durant le eeiiipt4e 
cftae.Appnrt comme dit eft.P«rquoy cy 

^drîement de Dijon. 

A V X Prffidcns,Confcillcrs,Aduocats,P 
curcur gcncral,& autres ofKcicrs du corps d 
cour de Parlement de Bourgongnc , la Cota 
de neuf cens Toixantc &: dixliuit mil liurcs to 
aïois pour leurs gages à eux dcus » droits de ( 
reySraotrdi chargct ordinaires accouftum 
durant le temps dcccft cflat, ycojnpris la en 
tion ou crue de notiuciiix coiifcillcrs. App< 
par cllats & contes fur ce rendus. Par^uoy 

IX ^ LXXVIII M 

fétrt 



4^ 

Grand Cûn/èil. 

A V X PrefidcnsyCoofeillerSf AduocatSyPro* 

curcur général, & autres officiers du grand Cô-- 
icil lafomme de dixhuic censfoixantc mil liurcs^ 
à eux ordonnée pour leurs g/gcs&droits^du^ 
rant Je temps de ccft cftat , à ce compris la crca- 
tioii nouuelledesConrcillcrs . Appert par les 
efltts & contes {ûr ce rendiis»Parqaoy cy 

Ceneramc des \>4^des de et 

A V X PrcfidcnsjConfcillerSîAduocatSiPrGT' 
cureursgciierauxydcs Geiiefauxdes Aydcsde co 
Royaume» la fomme de deux milions quatre ces 
mil liurcs tournois pour leurs gages à eux dcus, 
durant le temps 4e ceft eftatg Appert commq 
deiTus.Parquoy cy 

i^enerdux desmonnoyes^ 

A V X Prefidens,Confcillers,& Généraux des 
monnoycs de ce royaume la fomme de fcpt ces 
inii linres tournois 9 aufli pour leurs gages à eus 
deus,durant le tçmps de ccft cftat, compris aufii 
lacreatioQ nouuelle de certains officiers faits 
durant cedit eftat* Appert par lettres patentes 
contenant ladite création parcft^ts ^ çoiucs 

(îir ce rcadvis«Par^oy (y t 



Digitized by GorMjIe 



Xejuejles du Tdals. 

Avx Prefidcns, Confdllcrs, Aduocau & Prq- 
curenn >eaat du palais i Para»qu'tiiCref endroits 
dftt royaume , la fonime de uxcens mH liarcSf 
ieux ordonnée pour leurs gagçs , durant le 
temps du prcfcot cAatyy compris aolsi les Cou** 
fifllfndc la nouLiclic création. Appert comme 
^«ffi|s.Par^uoy cy 



Chambres des coûtes de ce 
Royaume, 

£T PREMIEREMENT, 

Chdpiiredescimtes k T^drù, 

Avx PrcfidcnsjMaiftres des contes ordinat-* 
& extraordinaires » ScmciilreSf Auditeurs^ 
Corrcâeurs» Adiiocau» Prooireur genctai ic 
Wtrcs ofEciers du corps de ladite ChambrCf 
hfotnmc de quatre milionsdcliuroS) àcu^or- 
ionntc » unt pour leurs gages que droiâs 9 du* 
le temps de ccft eftat,y compris la création 
nouuelie des Maiftres des contes 9 Auditeurs9 Sc 
^es officîcffs créez dans ledit tempSi Appert 
^ par lettres & cdlts , contenant ladite crea- 

Qon,que par ciiats & couses iairM rendus* Par^ 

yojr cY 



I 



Digitized by Google 



44 

QhamU'e des Contes de Dijon. 
Avx Prcridcn*:, Nîiiftrcs de: Contes 
naircs & extraordinaires , Auditeurs, C 
deurs. Gardes papiers , Aduooatr&Pr6ci 
général en ladite Chambre , la /bmme cîc 
cens mil liurcs à eux ordonnée pour leurs £ 
&dfoit« acouftiiflîets 7 compris le» Mail 
Auditeurs » & autres cfHciers de la nou 
creaôon^Appert comme dc(rtts.Pari)uoy c> 

(^ham^e des (fontes de JlfConti^eliie. 

Avv PrcfidciK, Miirtrcs des contes ordi 
rcs,& extraordiiviirest Auditeurs, Corrcâc 
Advocats, Procureur general,& autres olH> 
du corps de ladite chambre de Montpdlie 
fommc de neuf cens mil liurcs tournois, l 
ordonnée, pour leurs gages & droits acoi 
mez. Compris auisi les Maiftres Auditeur; 
autres officiers de la nouucllc création. Ap 
^ar cdits vchâczé&Cours fouucrainc^parc 

toOte»fllM0CttaélS.Par(juo) ■ -, 

[hamifre les Contes Jffrûuatçc^, 

: Avx PrvfidensMaiftrdidescoktiaiordiiia 

& extraordinaires, Auditeurs, Corn dîcun 
autres o^tïciersdu corps de la chambra dosci 
tes en Proucnce,Iafointiiede iîx'cen&niillh 
rournoîi^iancoinioiniee pour leurs di 
ledit temps. Appen comme dcfliis. Parquoy 

VlC 

Ch 



4<î 

marbrciCôncftablic &MarerchaucCc,la for 
de quatre cens mil liurcs tournois» à eux orc 
oee pour leurs gages yduriat le temps do 
lenteftat. Appert comme deflîu.Parqao]rc | 

Iflc de France. 
Threjmers de France a Taris, ' . 

A V X Thrcforicrs de France en la gênera 
de Paris, la fomnic de cent mil liurcs tottrn» 
i eux ordonnée pour leurs gage; & dnkhto 
pris les Trcforicrs delà nouucllt crcation. A 
pert par lesedits &coatesfur ce rendus. F. 
quoy cy 

Cemfémxihsfaktncesd^étrisé 

A V X Généraux des finances en la gênerai 
deFÉrisilafonimede cent mil liurcs tourno 
]r compris le General de h nouuellc crcation 
eux ordonnée pour leurs gages durant le tcm 
éa prefent eftftt»?ar<juo]r cj 

C M 

A V X Receueurs généraux tant anciens qu 
alternatifs en la généralité à Paris , la fommc d 
fixvingtniilliures,àeux ordonnée pour leur 
gages durant le temps àn prdcnteftat. Ptr 
qupycjr 

Âcce 



48 

Cent mil Kores tournois y à eux or<loonee pour. 

leurs gages & droits: compris aufsi IcsThre- 
loricrs de la uouuelle creatiô* Appert par climats 
ôc contes fur cerendus.Parquoy cy 

c M i\ 

CcnerdUx desjitktnces de or mandiez 

A V X Gcneriux ées finances de Nonnandici 

anciens & de la nounellc crcation^la (omme de 
ccac mil liurcstournois, pour.ieurs gages du««« 
yant tedtt temps. Appert comme deflus. Par- 
, quoycy 

c Mi:* 

Tieceneurs généraux de ISlormandic^. 

Arx Recenenrs generauic de Normandie» 

anciens firaltcrnatifsjla fo m m t Je fix vingt mil 
liurc£cournois9 à eux ordonnée pour leurs ga«» 
grs & droft^dnmnt le temps du prefênt e(tac« 

Par(juoycy 

ReceHcurs généraux d^ TaiHon dc^ 
iSlormandic^. 

A V X Receueurs généraux I tantandens ^ue 

alternatif du Taillon, (bide & augmentation 
de la ^wàg^mwïc enNormandie ^ la fQaime de- 
quatre vingt mil liunes .pour Jcws gagcsàeul^ 

ordoïKc pour le temps de ceftcftat.Parquoy cy 

(entreroUeurs des finances en 

' "Normandie^* 
A V X Coiitrcrolleurs g c neraux des finances 

ca 



. ij 1^ l y Google 



50 

la fomme de cent trente mil Hures tournois , à 
cuxordonaee pour leurs gages duraiot le temps 
du prcrenteftat. Parquoy cjr 

• Cxxx M té 

jHeceueur S généraux dê^ToiHon. 

Av x Reccucurs gcncrauît tant anciens que 
altèrnatif^ du Taiilon^roldé&augmetitation de 
la gcndaritierie^la fornmc de quarante m il liuret 
tournois» à commencer duiour de leur inilitu- 
tien durant le temps du preiênt eftaty comme a*, 
pert par les edits de la création &par cftat»con« 
tes & acquits fur ce rendus. Parquoy cy 

XL M i** 

ContreroUeurs généraux des Jinances 

Avx ContreroUeurs généraux des finances 

en la généralité d' Amyens>la fommc de quarâte 
deux miUe liuresf pour leurs ga ges à eux ordon*. 
nez depuis le iour de leur création &inftituti6. 
Aiofi qu'il appert par les edits > eftats & contes 
fur ce rendus. Parquoy cy 

* • XLIX Mfé 

(ùHeiieurs en la généralité d^^myens. 

Avx Colle ctcurs des finances en ladite ge- 
ncraUte,la fomme de dixièpt milliurcs tournoie 
à eux ordonnée pour leurs gages durant le téps 
du prcfçnt eftat* Parquoy cy 

XVII M f • 



» 



Digi i^^u uy Google 



tournois à commencer du iourdc rinftitu" 
de leurs cftats & création faiflc durant le tt 
du prcfcnt cûat. Appert comme dclTus. 
quoy cy XL - 

■ CmitrmUettrsgenerémx, • 

A V X Contrcrôlicùrs des finances en la • 
ncralicc lie ChaaIloMs en Ch:inipaçr>c, lafi.. 
me de quarante nui iiurcs cournois,à eux or. . 
née pour leurs gagef durant le temps du prêt 
eftat.Appert comme defllisl Parqiioy cy 

XL J 

ColUBeurs des finances en Chamj^agn* - 
A V X Coneâenrs des finances en laj^ener; 
té de Chaallons en Çhampa^e* b fomnie 

dixhuit mil liurcs tournois pour leurs gages < • 
rant ledit temps. Appert comme deuua. F. ' 
quoy cy 

xviii m; 

Threjoriers; 
A V X Thrcforicrs dt $ tinâccscnla gmcrali 
de Doiirgoiigne U fominc de Cent mil liur 
tournois à eux ordonnée, pour leurs gages 
droits Jurant le temps de cc R eftat compris 
Thrclbrier de U nouutUc cicatiou > Appert p: 
editsi eflatsft contes fiir ce rendDS.Par4uoy c 

t Ml 

Cenerattx des finances m ISmrgmffte^ 

A V X Gencrauv Je \ finances en Bourgô^n 
la fommc décent mil liurcs", y compris Icgcnc 

>1 dch oouudk creatioii»^ eux ordonnée pou 

leur 



54 

QMeBtm des fikmces m- *' - 

Avx Colleâetitsdcsfîaaaccseiilkgeo.: 

litédc Bourgongnc, l,i fommedc dix mi! li 
tournois pour icurs gag*-»» a eux, ordonnez 

ramt le temps daprdknr eft^t* Appcnco£ 

Threfoners. 
..Avx Thrcforicrs des finances en la gc 
nlite de Lyonnois, laibmine<lec«QK.nttLuu 
tournois , à eux ordonnée pour leurs gages 
droits durant le temps du prcicnt cftat,coni( 
IcTbrcibrierde h noauelle crcatioo* Àpp 
paredits > eftats^, 'conccsi^r ce rebditt. P. 

Généraux des finances en Lyonmt6. 
<- A vx gcncraux des finances en Lyonnois 
lômme de cent mil liurcs tournois, y compris 

^nenldcb nouucllc création, à eux orJunn 

foar leurs gages 4ura(U.lctéps dupr^ilnt cita 
ar^uoyçy . 

CM 

Tteceuewrs gmer4Mx en Lyonnmi 

Avx Rcccucurs généraux tant anciens q 
altcraatii's en la généralité de Lyonnois, la fu 
me de cent vi n gt m i 1 liores » à euif; ordô n ec p o 
4eun gaçcs dunoc le temps du prefcnt ella 

jr çon 



5^ 

' , , Threfiriers. 

Avx ïhrcforicrs d^jsfinâccscn lagcncralitc 
,dc D^uphiné la fomme, de quatre vingts &dîx 
mil liurcs tournois, compris le Thrcforicr de 1^ 
jiouueUecrcation. £c ce pour leurs gages à eux 
ordonnez durant le temps du prcfcnt cftat. Ap- 
pert comme dciius. Par^uoy cy 

f > ' n 

Ceneruux des finances en Dun^hmé. 

hf9 General des finances de Dàuphine la 
fommcdcfoixante & dixhuic mille iiurestour-> 
noisycomprisroffiee de General de la nouuelle 

création. Et ce pour \^urs gage s à cuxordonnei: 
•dm at le temps du prcfenc eitac« Appert commç 
deiTus^Parquoy cy . \ 

jRecetéâHrs generaiéx de Datif hiné. 

Avx Rcceucurs généraux tant anciens que 
altcraatifs la fomme de cent & dix milliurcs 
"tourciois^ àeux ordonnée pour leurs gagesduw 
' rânt le temps du prcfc/it cftat, & pour les caufcs 
^ r.\jf9ns declarcescydeuaht 9 Appert comme 
dcfllis.Cy 



Tleceueurs généraux du TaïUon 




tnne. 

Avx Receucurs gcncraux du TailIon> folde 
& auginentatiou de la gendarmerie t la fominc 

de 



Digitized by Google 



5^ 

de Ccncnil de la noutielle création. Et ce pour 

Içurs gages à euxordonnezdurant le temps du 
prefcnt eftat. Appert çamme de(fu$«Parquoy cy 

LXXV m{. 

Tieceueurs généraux de Trouence. 

Avx Rcccucurs généraux tint anciens que 
alternatifs de la recepte générale d'Aix en Pro^ 
uence^Iafomme de ceint dix miLUures tournois^ 
à eux ordonnée pour leurs gages durât le temps 
du preiènt eftat» Appert comme de0us. Par^ 
^uoy cy 

ex M if 

^eceueurs généraux TaiHon 
de Trouence. 

Avx Receueurs généraux du Taillon, foldc 
^augmêcation de la gendarmerie> lafomme de 
trente deux mil liures tournois^à commencer da 

lourde leur inflitution, pour leurs gages a eux 
ord^ncz durant le tcm^s de ccil eûat» Parquoy 

tf XXXII M ^« 

ConfreroHeurs généraux deTroHence^ 

A "Vft Contrerolleurs generam; des finicesra 
Prouerice,la fomme dfc trctc mil liures tournois • 
pour leurs gages àeux payez durant le tempsdu 

prefent cftat. Appert comme deflaa.Parquoy cy 

ColleBeurs en ^rouencç^. 

A ?x CoUeâeurs des finances en la recepte 
jcnmlçd^Aix cnProuence,U fômç dp fept mil 

Uurcs 



Digitized by Go 



à commencer du iour de leur inftitution pour 

leurs gages à eux ordonne2> durant le temps du 

XXXII Hfm 

ContreroUeurs generdux de 




Avx ContreroUeurs généraux des finances 

àMontpellicr,lafommc de q^uarantc mil liurcs 
tournois » pour leurs g^gesà eux ordonnez da^ 

lant k temps Je cell citât, Parcj^uoy cy 

XL M in 

(oEeBeurs des finances de 
* ^ontfellter. 

Avx Collefteurs des finances en la rcccpte 
générale eftablie à Montpellier 9 la fomme de 
nuiâ: ipil Hures tournois, àeux ordonnée pour 
leursgages durant le temps de ccH eilat. Par* 

quoy cy 

VIII M f • 

TIfOVLOVSE. 
7%refoneYs. , : 

Avx Threforiers des finances en la receptc 
générale eftablie àThouloufcila fomme de cent 
dix mil liuréf tournois j com^risiToâftce du 

Threforicr, de la noiiucllc création , pour leurs 

g;|ges à eui( ordoonea^ durant ledit temps* Par- 

(juoy cy 

.H . ex M 

C encrai 



CfUeBrttrt des fiutnces Jc^ 

Arx Collcâeursdec finances en la rec 

çcncralc cftablic à Thouloufc , la fomm 
îiuiâ mil liurr<; tournois, à eux ordonncc \ 
l^urs gages duruac le temps de ccU cilat. . 
quoy cy 

vm j 

UCEn En UCB'HOI 

Threforiers, 

Avx TlircToricrs des finance! en Ugen< 
Jitedc Agen en Agcnois, la fsmnieilcrmEvi 
mil liares toarnois,compris l'office deTlir« 
ricr de la nouuclle crcation,& ce pour leurs 
ges àeux ordonnez durant ledit temps. Apf 
comme deflûstParquoy cy 

Av General desfin.inccs en lagenenlic^ 
Agcntlafomme de cent dix mil liures tourne 
y comprit TofHce de General de la nouue. 
ereation, pour leurs gages à eux ordonnez d 
rant ledit temps. Appert comme deflus. Pa 
quojr cy 

ex M 

Receueur gênerai 

A V Reccucur gênerai des financesen lar. 
cepcegciferalecfiabUe à AgcncnAgenois, 

6ma 



64 

fOICTOV^ 
Threjorier. 

A V Thrrforîcr des finances en la g(rncralité 
dePoiâou > la fommc de cent vingt mil liurcs» 
compris les gagesdcroHîcedeThreforicr, de 
la nouuqllc clcdtion 9 pour leurs gages à eux or^ 
donnez durant le temps de ceil clUt. Appcrc 
comme dclTus. Par^uoy cy 

CXX M f • ' 

Général. 

Av General des finances en ladite Généralités 

la fommedc cent dix mil liures tournois>y com- 
pris les gages de Tofficc de General de la nou- 
uclle création , pour leurs gi ges à eux ordon* 
nez durant le temps du prtfcnt cllat. Appert 
confine deiius.Par(juoy c/ 

ex 

Xeceueur gênerai 

Av Receucur gcncral des finances de la 
i^ecepte générale eitablic à Poiâiers» la fommc 
de cent dix mil Hures tournois, y compris Pot 
ficede Receucur gênerai , alternatif de la nou- 
uelle création^ pour leurs g.i gc s à eux ordonnes 
durât le temps du prefent citau Appert comme 
deflus.Par^uoy cy 

CX M fm 

Receuem' gênerai de TiiBoté 
Taillon. 

A V Receneur gênerai da Taillon, folde & 

aug- 



y .1^^^ uy Google 



i6 

Av General des finances en la gt.>ncrai 
Touftine» la fomtnc de cent mil liures 
nois>x côpris l'oflîcc de General de Ja no 
le crçation y & ce pour leurs gages à ci 
donnez durant le temps da prelènt efiat. 

- c 

StHemurgeHend, 

A V Rcceticur gcncral en h Prouincc de 
raine iafouime de ccnc cinq mil liurcs i 
noit, y cémpris l'office de Receueur gc 
dcU nouuelle création t pourleurs gages : 
ordon nez durant le temps du preiênt euat 

•CY 

k r - * 

Receueur c^eneral du Taillon. 

• o 

A V Receueur gcncrai du Taillon, fo!( 
.augmentation de h gendarmerie, la /bmtni 
qnarantemil liurt-.s, y compris l'oHîce de R 
ucur gcnc rai du Taillon de la nouucllc crc2 
pour leurs gages à eux ordonnez durant ic 
au prdènteftat. l'arquo/ c/ 

XI. j 

(ontreroUewr gênerai» 

A V Concrcrolleurpcncral des finances < 
rccepcc générale eftablic à Tours y la fommi 
quarante mil lintes tournois » 7 compris l'of 



I 



69 

* 

Jieceueur generdU 

. A ^ .Rcceueur des finances en la recepte ge^ 
neraleeftablieàBourgeSyla fomme de cent Se 
cinq nul Uures tournois>compris rqf&ce de Re- 
ceueur gênerai de lanouuelie création 9 pour 

leurs gages à eux ordonnez , pourletcmps, & 

ponrica ^ûm^o^ 6c raifons comme delius. Par- 
quoycy CV m{« 

ReceueUrgeneral d» Tdillûn. 

Av Rcceueur gênerai du taillôco m p ris Tofl 

ficc dcReceucur général de la nouuclle crcatiô 
la ibmme de trente cin^ mil liures>pour leurs ga 
gcs>comme deifus^Cy 

XXXV M j;. 

Qntnrolleur generdL 

A V Contrerolleur gênerai desfinanccsen la 
recepte générale cûablie àBourges>la femme de 
quarahté miiliures tournois^y comprisroffice 
dcRcceucur > & Contrerolleur gênerai de la 
nbiÀièllé création s pour letirs gages à eux or-1 
donnez durant le temps du prcicnt eflac* Par-* 
^uoy cy 

XL m1\ 

ColUâems des finances. 

A V X Collcâeurs des tinancesen la recepte 
geuerak de Bourges » ia fojnme de neuf mil li«. 
ures tournois, à eux ordonnée pour leurs gagée 
durant le temps du présent eilat* Appert co^ 
me deflustParquoy cy 

IX M 



Digitized by Google i 



70 

tournois comtMrîs Toffice de Rcceueur ge: 
delà nouuellecreatigii. Appert coflnmedc 
Par^uoy cy^ 
/ / ZXXV 

Contra olUur gênerai, 

• A V Contrcrollciir gênerai des finance 
R^bti^'lsfomme de quarante milliares t> 
noisj compris l'oftlcc de ConircroIIeur gcr 
«fcUnouueilccrcatioti* Appert comme de 
Parquoy cy 

XI. 

CoUeBeurs des finances.' ' ■ 

A V X Collcifî^eiirs des finances d' Auarrg 
la fommcdencut inilliurcs tournois, à eux 
donnée pour leurs gagesdar3itlèteinps(hi| 
If i}tefUc«Parqaoy cy ■ 

IX i 

, A V X Threforiors des finances en genc 
|ît^ de Bretagne » la fomme de quatre vin, 

mil linrcs tournois , à cuxordoniuc pourlt 
gage$ (iurantle temps du preCciic ciiat« Pi 

Mil** M 

Général, 

Av General des finances de Brct.i|;ne 
ibmmc de foixancc & dii^ mil liures tournois ; 
çux auffi Qfdoiuee poiirkurs çagcs» durant 

tem; 



7» 

générale Je Nantes la fommc de fept mi^ 
ures tournois, à eux ordonnée pour leurs 
4iir«nc le temps da prcfem eflat. Pari, 

vil 

A vx Eflcus pour le Roy es eflcc^ions 
gcncralitez de Paris,Normandie,Picar<iic,E 
ChanipaîgnC)Bourgongne,LyoanoistDau| . 
nc,Proucncr, Languedoc, Guyenne, Poiét 
ToucaiDe,Berr|, Auucr^iiCjBretagnei & aui 

leâiodsoo offices d'Efleiu, laib'tnmc de tc*^ 

cens cinquante mil liures tournois, à laque 
reuiennent les gages defdîts Eflcus » pour ; 
temps de ce pmènt eftatt compris les ga{: . 

des Greffiers antres officiers dv^iites c 
âions. Appert par eitac & contes fur ccrcndi 
■Parquoy cy 

mCLV M ... 

Threfiriers extraordinairgs 
des guerres* 

A V X TIireforicr5 extraordinaires dcî "ucr 
tes, tant anciens que alternatifs, iafom^^r di 
trois milions deux cens mil liures tournois, î 
l«<|ueUe reuiennent, tant leurs ^gcs qnctaxei 
6ite« lux clercs A( fioanctcrs par eux corami; 



Thtflnmdes fjrtificétkm. , 

A vx Thrcforicrs des furtiticatiôs de ce j 
aumr, la fommc de quatre Cens mil liurcst« 
UûU, a eux ordonnée pour leurs gages durai 
temps du prefent eftac» Appert comme de: 
Par^oycf 

IIIlC i 

Tayeurs de U gendarmerie, 
A V X Pftjcun die la gendarmerie de ce vof 
me» laibmmede deux miUon*de Uurest9, 

nois, po»r leurs gages \. eux ordonnez duran 
tcmpsdu prcfcnccÙat> Appert par les cllat 
contes fur ce rendns,Psirquo]r cy 

II M*^ 

(omrero&eursîeUgenddmme* 

Arx Coatirerotteun de la gendarmerie i>. 
fomme de neuf cens mil liurcs tournois » po.. 
leurs gages à CUV ordonne? Jiu int le temps » 
prcfent eliat. Apptrt comme J(.lius. Parqu* " 

«y c 

IX*- M 

Commiffahres des guerres. 
- Avx Commillaires des guerres « Ufbmm. 
«le deux milions cinq cens mil liurct tourooif 
à eux ordonnée tant pour leurs gages» com 

me taxes & autres vaccationsi durant letexnp 
du prcfcoc ciUft Appert comme defTu^ Vn.iç 
tjuoy cy 



7* 

Atx Receuenci anonis d«s AjrJes ile«« 

Aions de ce royaume, la fomme de trois c 
mil liures tournois j àeux ordonnée durât li, 
temps. Appertcomme <iefliia.Parquo7 cy 

A vx Rcceucurs alternatifs des Aycîcs ~ 
fomme de trois cens mil Hures tournois > pc 
les caufès & raifbns que dcfrus.Parquoy cj i 

Qomrtn&em* 

Kvx Contrer<tlleiirs anciens des Aydec è 
dédions « la fomme de trois cens mil Jiar^'.i 
tournois , à eux ordonnée pour lemrt gag^.v 
comme deiîus.Parquoy cy 

lll^ M 

Avv ContreroUetin alternatif i la ibnini 

de trois cens mil liures tournois , à eux ord o n 
ncc pour leurs gages durant le temps fuiciii 
Parquoy cy 

Avx Rcccucurs anciens des Tailles de cf 
royaume , la fomme de cinq cens mil liures 
tournois pour leurs gages , durantlcdit temps, 
Parquoyey 

Avx Recciinict alternaUfi de» Tailles , U 

foOUQC 



78 I 

Mai^îres des Torts* I 

A V \ Maiftrcs des Ports de ce royaurn< l 
fommc de cent foixante mil iiurcs courno 
«ux ordonnée ponr leurs gages dorant P 
temps » outre certains droits qu'ils ont acc - 
flumc' de prendre furie droit de nfvc* Ap]'> 
qominc dc(rus.Parquoy c]r - : 

ÇLX è- 

Avx ReccnenrsdadroidderalVet qni i '• 

cftablis en aucunes Prouinces particulières 
fommcdcvingtcinqmil Jiurcs tournois, à« - 
ordonnée pour Icurfdits giges, & pour le 
£ard des autres rcceptcs du droiéè de rafvc ,e * 
le fait par IcsRcccuours du Domaine, à cai 

Îue ledit droiâ eft proprement de l'anci 
domaine delà CouronncAppertcGmedefli" 
Par^boycy. 

XXTM 

CnneiimdfiL 

A V X Grenetiers ï (cl dece royttnineffa lôm 

rri! de trois cens mil Iiurcs tournois, pour Icui 
gages à eux ordonnez i comme dcflus. Par 

• ni^ M t 

Avx Grenetiers aïtecnati^ t la femîne .d( 

cent foixante mil liurcs,pour leurs gages durailil 
le temps du prefcnt eftat.Par^uoy cy 

C IX M 



8o 

Lteuxtenans Cimls. 

Arx Lieuztenans gcnerauz Ciuik» 

cfdits Bailliages , la fommc de trois cens mil li- 
lires tournoisyà eux ordonnée pour leurs gagesy 
durant le temps furdit«Parquoy cy 

LieHxtenans criminels. 

A y X Ueuxtenans criminels efdits Baiilia ges, 

la fomme de fix cens mil liurcs tournois, à com- 
mencer feulement du iour de la création defdits 
offices pour leurs gages à eux ordonnez,comme 
dciluspour le temps de ceft eûat.Parquoy cy 

(onfeillers. 

Avx Cmiièiilers eftablis en plufieurs Bail* 

liages de ce royaume , la fbmme de fept cens mil 
liures tournois ^ à eux ordonnée pour leurs ga^* 

gcs & pour le temps que dcflus.Parquoy cy 

^duocats Procureurs. 

Aduocats & Procureurs dii Roy en chacun 
Bailliage' & Senefchaucee 9 la (bmme de trois 
cens mil liures tournois, à eux ordonnée pour 
les cauies & temps Mdit.Parquoy cy 

ut^ M f . 

Frais deluBicc^. 

A V X Receucurs du Domaine , la fomme de 
iîx cens vingt mil liurcs tournois» àlaquellere* 
uicnncnt les frais de luilicc ordinaire pour le 

temps 



< 



Liyitized by Google 



cdits vcrifiek 1^ les Conn fooneniaci. 

Séantes afffnetu . 

A T Receiteiir feneral des fitnnces.cT * 
chacgcdc RoUtn^aiR Rcccucurs pardcuï.'*' 
tant du Dûinaincque Aydcs en ladite gen 
litc, la fommc de dixncui cens mil liures t< - 
nois, à laquelle Mnieniienticerantos aHlg 
fur IcfJitcs rcccptcs, pour les caufcs que 
fus, & durant le temps du preiènc cûat. 1 :;i 
quoycy . • ' - 

' • . -"^ 

Nantes afft?nea. . , • 

A V Rcccucur général des finances âc 
Se aux Receueurs particuliers tant do Ddm^ 

3UC Aydcs de la çcnefafië^ de Caën » I» fiMii.^ 
e dixfcpt cens mil jiurcs tournois f «fli^ec^t ', 

eux par lettres patcDtrs rfu Roy Se paycc po " 
la rantc dcuc > tant au lieu du Domaine r 
vnjt que pour pluficurs & grandes (bmmcs • 
d:nirr^ empruntée de pluficurï particulier 
durant le temps de cefteAati Appert coma, 
«MbfcParquoy cy . ' ' - 

xm c m\ 



«4 

gênerai» 8c Dac^culie» >leiiet dorant le tcmpi 
da prr(cnt eftat. Appert coame defliis. Par-* 

' -^Trh^- .... 

' A v keceiieai:geheralcleaififitncesi<felare« 

ceptë gchcValc cftablic à PoiâicrSjSc auxRccc^ 
ttêups cantduPomaine (|^ue Aydes dlcelle^c-» 
Aeiitthë^t: la fominc de dixhuit cens mil Hure» 
tournois ) pour les rantes afTignecsdir Icfdice^ 
rétfcpte^ g<^neralea & particulières dePoidoUs 
péur \ti (iàiifes ' & raifons Amplement dccla^ 
tcci ty dettant. Appert comme dciTus» ^ar« 
<juoy cy ' • * 



ÂV ïlwetteur gênerai des finances de là rr* 
ccptc générale cftablipà Tours > & aux Recc-* 
lieurs jiaritkuliers» tant du Domaine que Aydes 

en ladite généralité, la fommc dcfèize cens mil 
liurcs tournois » à laquelle reuienuent les ran- 
tes ailîgnces fur le(Hîtes receptes générales 8c 
particulicTcsde Touraine^ durant le temps du 
prefent eilat» pour les mcfmes caufirs que dit eft« 
Appert par contraâsi eftats & contes fur ce rc- 
dus.Parquo)r cy 

xri^ Ht. 



Digitized by CoogI( 




/AlH. iRMfiueur gênerai des ânanc^s deUjre^ 
t<pt#i générale eftablie à Chaaloasen Chain^ 
pa^çv &aux RecçuQurs particuliers y tant, du 
< Jdpoiiiie/*qa 2Ay4es.cn ladite généralité y la 
ibmtnc de ftize cens mil Hures tournois > à 
UQ^ejyktX^uîennent les ranus alfignees ilir 
Icw^A feceptes générale 8c particulières de 
Champagne, à raifon du denier douze» pour Je 

tC^<l:4u'preiênt.eftat9 & iufquesà ce que le 
Roy aitrembourfé plufieurs& grandes fbixi^ 
xpcs de deniers, pour les caufcs & raifons cy 



A V Hecçueur gener^-^s finances dé la rc- 

ccptc générale ellablie a Dijon , & auxlUce- 

ueurs particuliers , tant du Domaine qae Ayu 

des, én la généralité , la fomme de dixfcpt 

cens mil liurcs tournois, à laquelle reuicnnent 

les' rantcs aflignees fur lefdites receptes genc- 

ralesÔr particulières deSourgongne, à raifbn, 

pour les caufcs 6c raifons que. deflUs. Par-, 
quoy cy 





Digitized by Google 



9» 

L^nguedôCm 

A.v Receiiear|eiMnl des finances At 1^ 
cepte gencnW eftabtie à Thouiouze , Se 
Rcccueurs particulicrSfrâtdu Domaine, 
que cquiuaJcnt delà généralité de Thoulo 
lâlbmmedC'qoacoRçcens mil Iturestonn 
à laquelle rcuicnncnt IcfUitcs ranrcs alTîgf 
pour tout le temps du prcfcoc cftat. Apperti 
mcieffoitParquoy cy 

Marnes daignées» ."•"■^i 
JfCmfellier, ^ 

A V Rcccueur gênera! des finances en la j '• 
ccptc générale cftablic à Môtpellier> & auxR;' 
ceaeurs particuliers, tant du Domine qne Jl^' 
des,& equiuallcnt de la généralité dcMolt^' 
pcllicr,la Tomme de dixfept cens mil liures toi*' 
nois» à laquelle reuiennenc les rantcs afligrte ' 
poureoutletempsduprefenceftat* Appert c£*' 
me delfiis.Par^iu)y cy 

JtVIlC M j 

A V Rcceueur gcneral des finances en la 

recepto 



99 

'deBourgonguc, & pourl« reg«nldef 

Sauoye , fouloycnt eftrc de la gcneralil 
Daulphinc. Et partant les rantcs qui on 
payccs rancà ceux de BrcHcquc Sauoyc] 
comprifcs es Arndetcjr deuant couche 
chapitre des rccqjtes générale* de BoorJ^ 
gnc 9c Grcnoblc.Par^ttoy cy ^ : 



Mais pour le regaril des pays de p;^ 
mont) fctrcuue que iuiqursàla rcduftion 
ceux pays entre les mains de Ton Alccflc, 
ptrtief jprenantct ont (ènlcmcnt touché 
râtcs afligncc$,parlc$ mains des Rc ccucur 
Roy> durant le prefeoc ciUt» la fommc de ^ 
Baiiee& quinze mil Unres tournois, ily at 
pins grand fomnie» maitlet contei&eftat<s 
|ê trennent.Parqno]r C]r 

A V X Capitaines de la Baftiile, Bois de Vii 
cennes , Fontaine>blcau,Mcaux, Corbcl> M 
lun , Sainâ Germain en Laye* & ^tres C: 
pitainerics du gouucrncmcnt & gcncralitc < 
î'ifle de Frâce, la fommc de deux cens mil li|jr 
fournois, pour kurs çages durant le temps c 



Languedoc. 

A ▼ X Capitaines &: Gouueraeors pareîroliers 

de Thouioufe, Narbonnei Locatte9Pezcna^ 
Quiribus » Pierre pertuie > Aigucmortes > Car- 
caironne)CafleI farrazin, & autres capitaineries: 
du eouueriiement & geaeralité de Languedoc» 
la tomme de quatre ceiu fcMMate mil Uores ; 
tournois,à eux ordonnez pour leurs gagest du^ 
rant le temps du prciètit ciUt* Appert comme 
defliiStParquoy cy 

Avx Capiuinei &Gouttemeurs partica* 

Hers d'Aix, de Marfeille, Noftre dame de la 
garde» Tourd'iÊCf Amibe) & autres capital^ 
Jieriei du souuernement & généralité de Pro- 
uence y la lomme de deux cens trente mil liures 
tournois >i eux ordonnée pour leurs gages dit* 
nnt ledit temps. Appert çomme delTus. Par^ 
^uoy cy . 

11^ XXX M f. 

I 

Daul^hiné. 

Avx Capitaines & Gouuerneurs partiçu* 
' liera de prenoble» Chaftcau double ^ Ptpê^ 
Briançon, Romans>Valence, & autres capital-* 
neries & gouuernemens de Daulphiné » la fom^ 
|ne de deux cens vingt mil liures > à eux ordon- 
pez pour leurs gagcs>durât ledit temps. Appert 
«ommc deUîis, Parcjuoy cy ; 

il^XXM 



Digitized by Gc^ y 



util Ihirei tournois, pour leurs gagçs à. c 
donnez durant le temps du prdèateflat*^ 
comme dcll'us.Par^uoy cy 

. in' 

A V X Capitaines & GouucmearfpMttC 
de Chaalons,Troyc, Rhcids , Langrcs « C 
mont ejnBafsignjjBar fur Scinc,Sainâe 
honfti ftautfes cafrâtainmcs du gouuerfte: 
& gcncralitc de Bric iSc Champngne , la /p 
de crois cens rail liurcs tournois,à eux ordo 
pour leurs gages » durant le temps du prt 
cftat. Appert cpinine écXEa*Ax^pioj cf 

Coûuemment Mepn. 

- A vx Capitaines &r douucrneurs part 
llers de Mtfts> Thou,Verduni & autres capi 
flcries<hi MHîinyls fomme de cent «louzc 
Uures toiirnoîj , pour leurs gages , duran 
temps duprercnteftac»en cc^ non compri: 
dtsoèUet ^ifoiit conchc^.l^£rcj^arquoy 

' C XIE J 

Avx Capitaines &: Gouuerncurs partî< 
licfs d'Amiens, Boulogne, Tour dorde,j(ui 
Quentin , Peronne, y compris-Calau* Araut 
capitaineries du gouuemcment & généralité 
Picardie , la fommc de quatre cens trente mil 
urcs tournois, à cux^xdojincz pour leurs ga^ 
durant le temps du ptefent cftat. Pïrquoycf 



96 

Avx Maiftrcs dcsRc(^ue(les,Prc(îcleiTf 
ièilicrs & autres Coaimiintires ordonner 
rencanon des edtts de pacification» £iit9 
les troubles , temps du prcfent cftat yla. f* 
de deux cens trente mil liures tournois , 
voyagcs) iuurnees & vacaciôs faits à l'cxcc 
deulhi.editsij^nçtt comme defliis.Parqu< 

' Avx'MaiftresdesReqoeftesyPivfidens,' 

fcillersjThrc'foricrs de France^Gc ncr.-tnx . 
nanccst depixtez pour iacottiiàtion de plu 
cippnintsigënenii»8rj»aitiedien»fiiits cfi 
te temps du prefcnt eftat> U femme de 
cens quarante cin<^ mi! liures tournoi», 
leurs iournees» iâlatres, vacations & autres 
qd*it a cohuena fidre k Teieaition des le 
P i tentes fur ce eipediecs. AppeR comme de 
Par^uoy cy " 

Avx Commiflaircs qui ont procède au | 
CC2 criminel fait à l'Eucf^ue de Mootpcllici 
l'année ti vC quarante neuftla femme dedi 
mil liures tournois, àcux ordonnée pourl 
(àlaircs & vacations duditprocez.Appercc< 
me deirus.Paf ^uo/ cy 

.' . XII J 

Avx Comtniiraircs(jui o nt procédé à U o 
feâion de plufieitrsprocexcnmtnetst filtf 
contumace & autrement > tant contre le 
Aubcterrè que autres» pour le lait de ia ftclig 



.. . 

AtsCommilTairesqui ont procédé à 
^hct le» ptcuenui d'hercfic, au pay s de La 
doc, la rommede feizc mil Ituret totu 
pour leurs iournccs, falaircs^ vacadon.* 
uoirfait Icfditcs rcccrchcs &proceacr^. 
à lencontrc d'iccux, laconfilcadon ouam 
9ch&èné defquels auoicnt cfté donnez ta 
fcigncurs deGuyfc, que Madame la Du 
jdc Valentinois, Appert pat les lett r es de b 
contenant le don » & par Ict tainsfitr ce i 



XVI 



A V X Commîflaires qui ont auflTb. 
gne à fcmblablcs rcccrchcs au pays de 
gucdoc , la fommc de neuf mu Uaret i 
nois > pour leurs vacations & fâlaircs , d' 
vaque à l'inflrudion des proccz crim 
contre pluficurs pcrfonnes accufcz dit 
lie » la confifiation des biens defi^aelî 
uoit cdc donnée au Marefchal Sainâ 
drc durant le temps du prefent eftat. Ap 
comme dcflus. Par^uoycy 

A V X CommilTaires cjui ont xz^rxé ï 
te femblablcs rcccrchcs en Picardie , la lî 
me de Vnze mil Hures tournois , j^our ]( 
vacations & falaircs, d'auoirvaquc àl'inf 
ôion des proccz criminels Contre ceux 
ont eSté accnlb d'berefie» dunuttk ttnpi 
«relctt dUt^ fw^ttoycy 

* XI i 

At 



t<M> 

& vacations', (Tauoir vaque à faire êc ff 
les procer criminclî à plufieurs pcrfbn 
confifcadon des biens dcfquels eftoic c 
î Madame kDachelfe^e Valeiitftiois»a: 

Sneurs de Guyfe & Marefchal Sain^ 
, Appert pjr lettres de brcuct com 
Icrdkcs donations > & par les parties 
fiecf » par eftau & contes fur ce rc 
durant le temps du prcfent cilat. Pai 

m c ftii** XI] 

A V X Commiilâircs qui ont procédé 
tetéurçfux tjui awMOt Wtirp^ du Dor 
- du Ro2».Ufi>aUM de Soixante milliures 
nois, pour auoir vaque au Tait d'iccllc 
xniAioiHcn laplufpartdcs Prouinces de ce ] 
■umc 9 darant le temps du pteCèat eftajL Aj 
fpaunedcifiis. FarfWB/cjr 

LX 

A V X Commînâircs qui ont procède 
revniondii Domaine, h ibmme de trente 
mil liures touroois,pour auoir vaqué au fait 
celle cummiflton par toutes les Prouinces'& 
neralitcz de ce royaume, durant ledit te« 
Appert comme dcirus.Par(juo}r c^ 

xxtix à 

A V X Commifl*iircs qui ont procc<j 
i'inflruétion&iugcincnt des procezcrimii 
faits aux Commiffaires 5c Tnrefimers ex 
ordinaires des guerres» Isibmniededii^iH 



J 



Digmzeo by Google 



à eux taxée durant ledit temps pour I<r fa 
celle commiffion. Appert comme defiiu. 
quojr cy • 

A V X Commiflalres ayanseilé enuoy^ 
toutes les Prouinccs de ce Royaume , 
le éecrf éa motmoycs à pludcars fois »! 
rant le temps du prcfcnt eftat » la fomm 
cioquance mil liures tournois* Appert coj 
dcwis* Parquo/ c]r 



A V Commiflaires ayons efté enu 
ponr h vHfaition des greniers 4e ce Ro] 

me» Acpourfàireprocez criminels 9 tant à 
<ans marchans adiurficataircs des grcnîe 
fci , que autres accufce d'auoir inalucrfc 
Icurs charges , la ibmmedc ônquante Gx 
liurrs tournois» Appert comme 4eâàt« t 
^uoycy 

LVI i 

■ A V X Commifiairesenùoyez par les ge 
yditez de ce Royaume » pour fiire accele 
les deniers & cottifationi imposes a» pr 
confcil du Roy, mcfmcs pour Ir nouueau « 
partementdc la fubucntion mis fur ks vi] 
dofes 1 la ibmme de trente <juatre mil lîtt 
tdwQois. Appert comme dcAïa. Parqnoycy 



Digmzeo by Google 



A Placeurs cr»nd$ Seigneurs cnuoyca 
Mcrfcs fois en Lfpagnc & Portugal -, la 
me ilc (îx cens mil liurcs tournois > ^ c|i 
donnée pour leurs voyages & pour cmp 
fuyuâfit Us inflruvlioiis mcraoîrcs à ci 
ce baillez, durant le temps duprcfènt cftat 
pcrt comme delTus » y compris Us voya| 
courlès deiclieuaiKlieun dV(cuyrie. Par- 

«y* 

... ^ vie 

A V X Courriers & autres grands Seîgi 
expédiez à Rome > la fomme de (cpc 
mil liures tournois , pour Imirt voyage: 
pour employer fuiuant les inftruâions 9c 
moires àeux fur ce baillez , durant Ictemj- 
prefcnt eftat cc outre les deniers cy de 

employez p our les Ambadâdclirs. Appert c 
med«flniJ^CqilO]rC7 • 

» viic 

■ 

XJemfi^ 

A V X Courriers & ancres Seigneurs cnu c 

à Venilc t Gènes , & autres lieux d'Italie 
{bmmc de quatre cens foixantc mil liurt str 
nois,à eux ordonncc ^our les caufcs «juc dci 
^arquoycy 

nue Lx . 



înftruftions & mémoires expédiées" dm 
temps du prdènteiUc Appert comme * 
Par<juojcy 

DannmdTC^ 

AVx Coiifrien & autres depoiex eau 
en DannemifCiRiiifye* PruHye , h (orna 
deux censtjuatre vingts mil Hures tourno 
cuxordonncc pour leurs voyages , & pour 
ployer auxaflàiKS du Roy, fuiiiantleiHrsini 
âions & mémoires faites durant ledit (et 
App«rc comme dcjrus.Par^uoy cy. 

Tims neuf^s fjr éutnsUeitx 

A V X députez enuoyes paf mtr tt par t 
re» au Fera « Terres ncufiies » te aiitreslicu} 

l'Amérique, U fommc de quatre ccqs mii 
urcs tournois , pour les voyages qu'il a i 
faire durant le temps du prefcnt ellat « n 
compris les fiais Qit'U a conucnu fiire pc 
Xusai» çpÀ I t.cft« cnnojce » lcto« )u*il > 

rac 



"1 



loS 

Mortes j^ay 5 ieCkâmj^agnt^^ 

Atx Mortes payes du gouuerneinent 

Champagne, la fommc de trois cens foixantc 
dâxhttiâ mil Uurcs touraois^ à eux ordonnée 
pour leurs gages » durant le tetnps du preleixç 
cfiatt Appert comme de(Iia.PArquoy c/ 

» • 

AVx Mortes payes du gouuernement de 

Picardie 9 la fomme de trois cens quarante mU 
liures tournois^ eux ordonnée pour leurs ga- 
ges , durant le temps du prefcnt cftat* Appcrr 

comme deiTustPar^uoy cy 

Mww fayes de T^armdiulic^ 

Avi Mortes payes du gouuernement de 
Normandie, lafomme de ({uatre cens vingt mil 
liurcstournois) àeuxordonnee pour leurs ga^ 
gesidurant le temps de ceft eiUt. Appert commo 

aciTuStParcjuQy cy 

Mwtesfd^es de^retagnt^^ 

Avx Mortes payes du gouuernement do 

Bretagne t la fomme de deux cens quatre vingts 
mil liures tournois , à eux ordonnée pour levrs 
gagcS) durant le tempsdu pre&nt eftat. Appert 

(ommc deiTustPv^ttQ^cy 



Digitized by Google 



no 

Appertcomme <Iefibs.P«rquoy cy ' 

• Mmes payes de Lymuky^mer^y 
TûurMne^^mm^erry. 

A vx Mortes payes defdits lieux t lalbinme 
ik deux ceof mil litires tournois^ à etn ordon-. 

née., xloraut le temps du prcfeat cllat* Fair^ 
quoyc/ 

^ A V X Moftcs payes du gouuerneiDent de 
11(1^ de France 9 la (bmme de cent quatre vingts 

mil Hures tournois y à eux ordonnée pour lcur« 
gages t durant le tcinps du prefent eûau Par^ I 
quoy cy 

PenfionSé 

Av Roy d' Angleterre ) la Ibmme de quatre 

cens mil efcus d'or fol, à luy payée durant le tcps , 
du prefent eftat,moyennant laquelle les Anglois 
rendirent la ville 9c thafteau de Boulogne » 8t 
tous autres forts par eux occupez au pays de 
^^uleâois» 6c par ce moyen la penfion annuelle 
demeuroit cftainte, que les Anglois preten- ' 
doyent leur eflrc deuë en France, fur le pays de I 
Ndrmandfte. Appert des capitulations ic con^ 
tnids 3 eftats & contes fur ce rendus. Par« 
quoy cy 



Digitized by Google 



m 

Qtptames a^poime^. 

A plufîeurs Caj>itaines> la femme de fix mi- 
tions qnatre ces mtl liores tournois» pour auoir 

cfté couchez en eftat des Capitaines appointez, 
durant le temps du prcfent cuat. Appert comme 
4dcfltts.Rirquo7'cy 

VI m''"' IlIlC M > 

Gendarmecie de France^ 

Tovs les deniers dcdincz pour le payement 
éc la gendarmerie ^ fc pouuoyent employer en 
vn {eularticle^m^is à caufe desmtermii^ions des 
monftres &pn yemens de plufieurs compagnies, 
aduenues parle moyen des troubles delà Reli- 
gion) auCsi qu'aucunes ont eflc caflees » puis 
reflablies>d^autre code, qu'il s'eft fait durant le 
temps plui^curs reduûions^ telles que la cora-i 
|)agnic de centliommesdWmêsaeft'^ réduite 

Il quatre vingts à foixante , ccFIe de cinquan te 
}iomn>esd,'armcsȈ quarante & trente,ioint ^ue 
plufîeurs inonftres ont efté faites (ans argent9 
a falu parnecefsîtc particularizer tous les de- 
niers iiquTd:e5 y touchez par diacune delHites 
compagnies, comme vous Toy et. Et pour le re- 
gard dc^monftres intermifes> cailation d aucu- ; 
nés compagnies» rcftabliflèment d'icelles» reda<» 
ftionsSc autres dignes con{îdcrations,a cflc ad- 
uifc d'employer cy après les deniers en bloc,.cjtl 
vn (èul arttdr , afio que par le moyen du bloe 8c 
les prcfcntcs parties, on puiflccognoiftreàrcril , 
les deniers qui onteilc payez à U gcndartnerie 
durant ce prcfent cllat* 

Par I 



Digitized by Google 



114 

ateliers de leurs çonipagnics 9 la fomi^ede (c^p 

CCS mil liurcs tournoisjpour les moftrcs & pay 
mens Sàits durant ledit tcm ps« Appert par efta ts^ 
conrrerollcs & contes fur ce rendus • Par- 
quoycv 

VII C M l'. 

Ducs Je ls[eHen ^ J)((amoue. 

A eux5clicfs,mcmbrrs, hommes d'armcs,& ar^ 
clicrs de leurs compagnks>la fomoie de huit ces 
fbixantemil Hures tournois y pour les cauics & 
raifons que dcflus,Par<juoy cy 

' VIII C hX hi 

7)uc de JirComf enfler. ^ 
T rince de la Ttoche-fur-^on. 
Grince Duul^hin. ^ 

A eux & \ leurs com pa gnîcs,Ia fomme de neuf* 
ccnsfoixantc & douze mil liurcs tournois, pour 
les monftre^ faites» durant ledit temps. Appert 
comme dcfrus.Par(]uoy cy 

ixclxxiim/. 

"Duc de Ferrure. , 

Av Duc de Ferrare & à ceux de fa compa* 

p lie vlcfdircs orJonnaccs, la fommc de trois ctfs 
mil liurcs cournois^pour les caufcsque dclius.Cy 

IIICMj^. 

. Duc de Lorraine^ 

A luy^ à f i compagnie, la fommc de huit | 
cens mil liurcs tournois , pour les monllres fàt-> 
tes durant ledit temps. Appert comme defllis. 
Parquoy cy 

VUI C M f • ï 

, Duc 1 



Digitized by Google 



ieciisinaUUaret tournois» iàiisy compte 

qu'ils ont rcceu , & quieft couche cy aj 
bloc des monftrcs de la gendarmerie» • 
Woc on nVipettrecottiirer l'eftacParqao 

VI 

, Av Prince de Mdphe & }l ceaxde là ce 
gnie»Uiôniinedecent foixante mil liurcs 

nois, à eux ordoivncc pour leurs gagc^^fi i 
prcdrc ce qu'il a rcccu & oui cft couche cy 
aublocdttpiyrment tût àladice gendarn 
qu'on n'a peu îcy ctnployerpottrlesrailôn 
dclIU5.Par(}uoy cy 

A tuy^aux cheft^membres»liommcs d*ar: 
& archers de Cx compagnie, la femme de 
cens milliurestournoisiordonncc pourlec 
ges d^cefle. Appert par les rolles, contrerai 
par eftatt 6c contes »niab*d'autant que la c| 
pagnie a rrceu d'auantagt I, & qu'on n'a pcil 
couurcr Te ilac > on a couché le rui;plus cy aa 
an chapitredu bloc des antres monftresdetf 
darmeric^par cfliniation.Par^oy cy 

A luy & à fa compagnie , la femme Je tr 
cens cinquante mil liures tournois. Appert i 
me deflus > & pour le regard des monllres < 
^QcUesonn'apenToir iMrooUesflycftat^ 



ii8 

ché cy aprcs psr cftitnatipn« pour les cau/c 
ditcll.Parquoy cy 

II c zxvn] 

JifCurejchttl de Termes. 

 luy & à (a compagnie , la fommc de 
mil liûres tournois. A p pcrt par «ftats> con 

rof)l!. <; , m.iis pour le {urpliis,rcr.i cy nprcs 
tiic pour les raifons ^uc dit cll.Pari^uoy 

C 

A luy i c uv i fi compagnies la fomrr 
troisccns milliurcs tournois.Appcrt par r*. 
& pour le furplusycft cy apr«s employé au 
desi]ioiillirçs4elagcoaarmertr»PaK(]uoy c) 
. ' me 

Ji-Curefehal de !S ourdi lion. 

A luy & à fà coinpjgnicjla fommc de dcw. 
mil liurcs tournois. Appert cômc dclTusylc 
^iM eft cjapiiecemployéatt bloc^f irquoy 

II c J 

A \\ij8c jk.âcompagnici hGnatneée^ 

cens mil liuros tournois. Appert comme ficl: 
kfurpius de ce qu'il a touché crt cyaprcs ci 
dié.Par^uoy cy 

$ , II CK 

JlfCarefch.dde'^etS. 
A luy & à compagnie > iaibmme dctr< 
\ ' et 



Digmzeo by Google 



IlO 

^dmrdldeVdLdTS. 

A luy& à fa compagnie, la fommcde qua-I 
tre cens mil liures tournois^Appert commedcfl 
fus^fans comprcdrc les deniers couchez de l'ar- 
ticle du bloc cy aprcs» des môilres générales de 
la gendarmerie.Parquoy cy 

im c M. f • 

Grand efiuyerdelBoiJy. 

A iuy & a fa compagnie, la fomme de trois 
cens trente mil liures tournois. Appert comme 
dcfTus , non compris ce qui eft couche en rarti* 
de du bloc cy après. Parquoy cy 

III c XXX M 

CtdndefiiVferd frefent. 

A luy & à la compagnie , la fomme de deux 
cens & foixante dixhuit mil liures tournois» 
non compris le furplus qui fera couche cy apr^s 
pour les caufcs que deflus^Parquoy cy 

II c LXXVIII Mf. 

Thmoilles. 

A V Sieur de la Trimoilles>la fomme de deux 
cens mil liures. Appert conime deflus. Parquoy 
cy . ii^c M 

2)dndelùt. 

A luy & à £i compagnie ^ la fomme de doux 
cens quatre vingts mil liures tournois. Appert 
comme deifus^ fans y comprendre ce qui cil 
couche' cy après au bloc que dit eft. Par- 

^uoycy * 



\ 



Digitized by Google 



m 

dcfllis, &rfans y^mpreuJrcIc furplus ^uedic 
cft.Pai:quoy cy 

CXL M jt'. 

A luy & à fa compagaie,la fommc de cet mi l 
liorcstoarnois. Appert cômc dc(rus.Parquoycy 
t c M f • 

S^^ de la Fayette^. 

A luy & à compagnie » la fomme de trois 
censfoixante quatre mil liures tournois.Appcri: 

comme dcllus, le furplus fera couche cy aprcs. 
Parquoycy 

ni cLxiin Mf. 

A luy & à compagnie, la fommc de doux 
cens mil liures tournois. Appert comme dcilus> 
le furplus fera cy après cottché.Parquoy cy 

il C M f . 



Conte de Sancer 



Aluy&à(a comp^iguic» la fommc de deux 
cens vingt mil liures tournois. Appert comme 

vlclTiis , le furplus des de niers qu'à touche ia c6- 
pagnicifcra cy après couché.Parquoy cy 

IlC XX M 

S^^' de la Cuiche ^ere & fils. 

A eux & à leurs compagnies, 13 fomme de 
deux cens trente mil liures tournois,(auf à cou- 
cher le furplus des deniers cy apres^ au chapitre 

du bloc 



\ 



Digitized by ^OOgle 



• 124 

le refte des deniers cy après > au capltre du hk€>i 
de la gendarmericParqucy^cy 

♦ 

A luy & à fa compagaie > la fomme de cen| 
vîngt^inq mil Hures tournois* Appert comme 
detius y fans preiudice du furplus des deniers d ea 
anonAres faits >^ ladite compagnie , qui feroii^ 
cy après employez au chapitre du bloc de la ^ct\ 
darmerie»Parquoy cy I 

Seigneur de Rohan. 

Aluy&àfit compagnie, la fomme de cené 
vingt milliures tournois^Appcrt comme dcâus» 
Parquoy cy 

cxx M IV 

Seigneur de Tlre^, | 

A luy & àfa compagnie, la fommc de deux 
cens mil Uures tournois.Sauf a employer la refte , 
des deniers touchez,par lacompagnie,au chapi- 
tre du bloc de la gendarmcrie.Par^uoy cy 

11^ M f . 

Seigneurs de Font aines y 
jBoulajtL^. 

A eux &c à leurs compagnies > la fomme de 
cent quatre vingts mil Uures tournois. Appert 

çoipmc deiTuStParc^uoy cy 



I 

Digitized by Google ' 



Aluy& à {a compagnie, lafbmme de quatre 

vingts milliures tournois. Siuf à coucher Icrc- 
ftc cy aprcsjque dit eft.Parquoy cy | 

A eux & à leurs coin pagnicsja {bminc de trois: 

cens mil liurcs tournois. Sauf à employer cy a-' 
preslefurplusdcs deniers quediteft. Parquo/i 

iii^Aii'. 

^arondeUGétlrdi. 

A luy & à fa compagnie, la (bmtne de cent \ 

fbixante mil liurcs tournois. Sauf à employer cy 
après le refte des dcniers,(]^ue dit cA.Parquoy c/ 

, ^ c x-x M 

Aluy&: a fa compagnie , la fommc de cent 
quatre vingts dixjnil liurcs tournois, lit fera le 
furpliis des deniers deftinez pour le payement 
d'iccllc compagnie employé cy aprcs>au chapi- 
tre du bloc delà gendarmexic, que dit eft. Par- 

• CIIII^^ Ml- 

(orne de Ludc^. 

a iuy & à fa compagnie , la fomme de cent 
quatre vingts mil Hures tournois. A|>pert com- 
me dcflus.Parquoy cy 



Liyitized by 



u8 

S^' de Matttgnon. 

A luy &rà fa compagnie^ la fomme de deux 
ceiis mil liurcs tournois. Sauf à employer cy 
après le rcftc des deniers dcftinci pour fil com- 
pagnie.Parquoy cy 

S"^' de SUKJL^. 

A luy & à fa compagnie , la fomme de cent 
vingt mil liures tournois. Appert comme deflus, 
& (auf d'employer le furplus des deniers dcfti- 
nez pour le payement d'icellc compagnie , ainfi 
qu'il fera ditcy après» au chapitre du bloc de la 
gendarmcrie.Par<juoy cy 

C XX M f • 

S^' S. Chaumont. 

A luy & à (à compagnie » la fomme de cent 

trente mil liurcs tournois. Appert cômc deffus, 
& (àuf d'employer le reftefaiaii que dit cft. Par- 

^uoycy 

C XXX M f • 

S^^ de MdndeUt. 

A luy & à fa ccimpagnie, la fomme de cent 
foixante mil liures tournois , pour les mefines 

cau{cs>lc furpliis des deniers deftincz pour le 
payement d'îcelkifontcy après employez» aiaii 
que dit eft.Parquoy cy 

\^ c LX M f • 

S. J/eran. ^ 

A luy& à (a compagnie» la fomme de cent 
trente cinc^ mil liurcs tournois^pour les mefmes 

caufa^ 



Digitized by Googic 



Ah^ s'*- de riUequier. 

AnS^^i» Mmtbêèi / 

jiu S'* àe M ontfefac. 

, 5 de la ChappeUe éHx Vrjms. 

jiH Conte de Smitmû^ 
' lii^ S' 'd^ Prenne. 

jiH f^iconie de /ç^Mj^* 

AnS^-Dulphé. 
- jiu S^'de Gngnéin^ 

uifiS^^de Spolier. 

jiu S"^ ' de S .H era^0 
Conte de Mont-rme/é 
S^' de Rétndétpfé 

AuContede Lude. , • 

AuÇontediBene. - 

A H S^' de la Fayette y ' 

Au S^*de Mont fales. 

An S^^de Méitttgnon. 

Au S^'de Carces. 

AuS^'deMMdeiou 

AuS^'deMdHgeron. 

Au Baron de la Garde» 

AuS^^deMontaroxm 

AuSenefchaliAgemÙ* . • 

AnS^^deThais. ' . ' 

AuS^'^deSuzje. 

A^i Conte de Rolle. 
AuS^'^deVantoux. 

AHrimtcèsTmidi. 

4U 



Digitized by Google 



lit 

Iralii 



Avx compagnies decheuauxlegicrs >|>oui 
la guerre de Parme» Plaifaoce» &€• laibmme <i< 

fixcensfoixante mil liurcs tournois, a eux or- 
donnée durât le teia|i$ du prefcateilau Apperc 

comme dcfTus.Parquoy cy 

Avx compagnies de chcuauxlegiersen Tar- 
mec que mena le Sieur de Guyfc à Romctla fo m 
me de huit cens milliures» Appert comme de£. 
fus.Par^uoy cy 

Avx compagnies de chcuauxlegiersen Tar— 
inccqucieRoy Henry mena en Aiiemagne,lors 
delà redudion fous Ton obeifiance des villes de 
Mets, Tou& Verdun, lafommcdefeizecen» 
milliures» à eux ordonnée pour leurs gagesdu* 
rant le temps du prerenteftat.Parquoy cy 

XVX C Mf» 

France^. 

Avx compagnies de chenaux legiersen plu* 
fîcursautrcs armées dreflces hors & dedans ce 
Royaume, la fomme de (ix millions de liures» à 
eux ordonnée pour leurs gages, durant le temps 
duprefenteftat«Parquoy cy 

VI M^"' f . 



Digitized by GooglCj 



«J4 

»eii<iiu.Parqii07c/ 

II 

A.v X SujrfTcs, la fommc de quatorz 
llfetliures tournois, à quoy rcuiennent i 
cle& gages du (èruice qu'ils ontfiûcdt 
armccs Se temps du prcfcnt cflat , non « 
touccsFois les gages dc^^jiutrc tniiSujr 
entrèrent en ce Royaume en Tannée, n 
cens fjixantf dt iix , à la pourfuite de cet 
Religion, dont cftat j cflc drcflc à p 
auxdc/pcns dcfdits delà Religion. App 
contrerollesiConeè5jElF«0;itsfttrce rend. 

A V X Capitaiiies &' foldats d6 l'infi 

Italienne & Efpagnolc, la femme dc/f / 
lions de liures tournois , à quoy renient h 
j[cax ordonnée pour le ièruicc qu'ils ont 
armées de (à Mai<.Aettaqt dedans que dcli 
Royj'Jine diirint le temps du prcfcnt eftai 
pcrt par les cony-croUcs ^ eiU^s 6ç. comcs 
rendttSfParquoyc^ ' '* 

▼nii 

JnfanterieJrdnfoi/e,, 

A V X Capitainet êc ibldataFrançoisila i 
i»c de lotxante & <^eorw mitions lâteO; 



13^ 

rentr^enement.des galères, cqut pa d 
gage.«des Qapitainesde galères, Ar gou( 
niiteiiêr annreiiofficiérsynourrîturc des i 
eiifrmble'ebut ce quirf> requis pour le f 
dites armées I ain^i <^ue plus àpUin «pp« 
contrerolles eftiti 9c contes fur ce rendo. 

XlUX l 

• Ujaires étrmfes four 

P ovR mitres friis cxtriorclinaircs g 
conucnu faire , durant ]a guerre efditcs ar 
1* ibfnnke'de neuf miKoni de liures tout 
COl&'lttc pourefpions, ponts, baftcaux, co\ 
brijginttns,fu(l&S) & pluflcurs autres crtra 
'nattes qu'i^^ sûx cafaipsi'^ dtiiïnt le teni; 
pRftAec^if^I^arqaoycf ' 

Fertificitnms^ 

A V X forti(îcationS}i^aftinifns& réparât 
aeftédelpendu, la fomme de ilîx mitions (i 
ures toarabis« y-compris Charlcual , & Do 
uillc, &: ce outre & p.tr defluslcs deniers 
les gens des crois eAatSj diacua cnlcuri i 
uinces rel^eâiaemcnt toifinct des frantii 
ont employé pour Icfditcs fortifications diW 
le temps du pireiciiccilac. Appert tantfv 



138 

ZJtjydgi iU7*^offt0. 

A V Roy , la tomme êe deux mîUoi 
C^nsmil liiircs tournois, tant pour faire le 
gcdc Pologne, dons &: prift ns qu'il a et 
nv fiire aux cftrâgrrs,& autres allées, Teni 
ce outre Icsfonimc s dr deniers que ceux d 
gc & autres luy ont fur ce fourny. Appcr 
cftats 8c contes far ce tei|iIttC.Pa|-quoy cy 

^ftour de Toîogne, 

A luy mcfmes , la forwmc de fcizc çcns n 
nrei tournoiS] tant pour la dcfpcnccde/b 
tour de Pologne, que frais extraordinaires 
par fa iVTa icftctant à la cour de l'Empercu r 
ni(ê}ItaIie,Picdinont)&: autres lieuX) ouii 
ftla pafler. Appert tant par cftatt que conte 
«crcndn«;$iacgooTC]r 

A Y X Pages d'honneur , pages de la gr- 
tç pf(i(c c^uy ricjla fommc de trois ccos m. 
WVttoiirnoia» àeuxparticaHereineat deli) 
à mefurcf lors & quand ils fortent hors de p 

fo retirent en U ursmaifons tant pour et 
page dcchcuauX)acouilrctncns,argeiu pour 
fe leur voyage* que autres p^iptez. Apj 
tant paretbct qi|e çoi|C(»% Ce feqdiii. I 
<juoy cjf 

m 



e 



^mdesdtmtrs* 

P o V K le porc des deniers des neeftta 
ticulicrcs auxreceptcs generalesjdesrecepc* 
ncralcs à l'efpargne » & de là à autres endr 
tant en France que pays eftrange «là Ibmm 
Iraiâmilionsfcpt cens foixantc mil liures t 
no!s,atnfî que plus à plain appert parles t. 
eilâcs &contcs fur ce rcndus9aurant le temj 
pcefent eftat.Parquoy cj 

Demmcânte^^ non recew, 

A V X Threforier de l'e^pargae » Reeea^ 

généraux , Thrcforicrs , & autres Rcccucur 
contablcs, lafommedcdixncuf miiions qui 
' cens cinquante Hx mil Iturcs tournois » à qi 
'Teniennent plullcurs parties employées ea l< 
contes , aux chapitres des deniers contez & r 
reccus.LaqueUe /bmme nç fera tirée hors lig 
•itts conchee pour néant* ft ce poor'^roit r 
fons , La première, que la receptc de tout c 
e{lat,deuoit cftre enflée de fcmblablc fom; 

Sue celle du prefent article » & a edc diraiiiL 
'futantt t'iin de la fimboUKr à cette i laque 
pouuoit monter les deniers conter , & non r 
Ceus. La deuxième , c'eû que le Roy a tait pi 
fiàirt fc partiodiets dons de telte nalwe de d 
niersXa troincme,Que la Royne nieif en a fi 
cOat, &: iccluy baillé auSollicileorgtncral d 
relies, voire edae de toutes les foufirances i 

Sartiesfupericdees» pour en Eure recoaarmné 
e forte ^uclà en atouçhé de grandes i 

notabli 



141 

Ut voyages à eux taxez» tât pour drelTcr les Eila ts 
que pour reddition de leurs contes. Appert com 
me dcflfus.Parquoy cy ii m^"^ HI^ m f • 

Seuuettes. 

Bevvettes des Cours fouueraines» Grand 

confcil, Généraux des Aydes, Chambres des 
contes & autres luhfdi^tions cy deuant mcn— 
tionnees, pour le temps de ce prefènt eftat> la 
£>mme de douze cens milliurcs tournois.Cy 

Soys^Charhons & Fagots. 

Boys, Charbons & Fagots , la fbmmc de 
douze cens mil Hures tournois y durant le temps 
du pre(ênteftat« Appert comme defliis^Cy 

Somme total de la dcfpence du 
prefent eftat# 

IX^ XXVII M^"' 11^ VI Mf* 

La recepte comme dit eft monte 

xnuC LUI M°"'f. 

Ainfi la mile doit à la recepte 

v^xxvm"""' vii^ iiiixx XIIII Mf» 
Qui réduits en efcus fol à fbtzatefols tournois 
pièce, fuyuant Tordonnance, reuiennent à la 
ibmmc de cent foixaute & quinze milions dcinp 
cens foixante quatre mil fix cens foixantc &: Ùk 
c(cus& deux tiers d Vfcu.Parquoy cy 

cLxxv M*"* iiC Lxnn m vi^ lx vi efcus 

2. tiers* 

Félk & étrrefti h dernier ieurdu mok de lAnmcr^ 

f ^Héwc vingts ^ vn. 



Di 



qui leurfaifoit croire de deux choies lVn< 

<|uc le Rov .luoit de grandes finance» ci 
Louurc)OU bien qu'elles auoyct eftc dcûro 
pour les ofter duquel doutct le S'. Beranqi 
aflcura que les coffres cftoycnt du tout VU 
ic Roy (ans argcntyracfincs tancsVn falloic 
yen euft au Loonre à TEfpargne, ^ue 1< 
ceptes générales ne pouuoyent ftciafiirc 
deux tierces parties dtsmanilcmrns afsignc 
leprccedctquartier>(^ui ciloicbicn loin <lc | 
uoir acquicer tet afiignationi du quardc 
Oftobre, Noucmbrc,& Décembre , dci 
quartier du temps du prefent eftat: & pour < 
caufè , qu'il efloit très requis que chacun s'c 
toaft plus que iamais à Ieu>nirdcdecte«»deq 
il les prioit très inflamment. 

Mais I'vn de ceux du Clergé prit la par 
di£int9S'*Beranqiieiienc confeâlenyiams 
Mefiieundu Clergé de contrihaer aux deciii 
qu'au préalable on ne luy ait rendu raifbn ce 
ment&àquoy ont cAc employez deux cens ; 
lions de lîiitest <{ue iâ Maicftc a leuc fur nous 
par mcfine moyen qu'cfl drucnu !c bon d'c/1 
de cent foixante & quinze miiions deux c* 
lôixante quatre mil lût cens foixante ttùxcf, 
êe deux tiers d'efcu : Car le R07 les a ou doi t 
noir. Eft-ccpourcelaqu'on recule tant à v. 
nos cayers« ve ut-on nous rendre efciaucs,ouj 
res que beftes brutes? Iffpomv Clergé n'en pe 
plus, il y a trente 8c vn an qu'il n'cft giicrrj p.i 
mois» que les liuifsicrs ou lergcns n'aycnttîut 
i nos portes > à gager, cmpriionncr» & auec « 
csccntiolUyfiir les poiires benefidefs du to 




ia6 

particuliers, & cinqmilions pour les Sieurs Ca- 
musjMarcel & autres,quî ont fait la recepte géné- 
rale de la filÈfeientioh & decymes, outre cela mcf- 
iieursles Euefques, leurs vicaire s généraux & au- 
tres cortvtHîs & députez du CJerge, pour le fait de 
la fubuentiort ^ ont fupcrimpofc plufieurs fbm- 
mes dé denitTS , tant foubi prétexte dcsbenefi- 
tiers infoluablès, qtic autres particuliers affaires 
du Cierge, &' encore que telles parties foycnc 
graridéS,- c6^h*c^rit'n aurefpeftdc ce qu'a leuc 
durant 4é temps du prefent ellat la Sainftctc du 
Papey de* manière qu'il nefauttrouuercftrange fi 
le Clei-gd Crie; ii^ fuis côtraint, dit Beranqne m*cf- 
meruçillcr de ce que vous dites que le Pape ait 
touché durant le téps dont vous parle2,fi grandes 
fommcsdc déniers:dcma part ie nelè pùiscroire, 
ny le cfoiray iamais, fi vous m me le monftrez. 

M a I s Frômentéau prenant la parole dit , le 
puis vous alfeurcr , Monîicur Bcranquc , qu'il fe 
tranfporte à Rome tous les ans des deniers du 
Cierge de France plus dVn miliond'or. Car du 
temps dePcipePye, fe trcfuucra que vingt Euef- 
chez ont eftc vacantes, chacune defquellcs a pzyi 
tant pour les Armâtes, que pour les autres fTai5^ 
fix mille efcus. Enuii^on foixaht^ âbbaycs ont va- 
que, qui en ont paye chacune 'dc(i^ mille, autre* 
bénéfices ont vaqué qui excédent le nonibre de 
deux cens <lont<hacun -a payé plus de cinq cens 
efcus ^ dauantage il y a au Royaame plus de cent 
mil parroifTes , dcfquelles on a tire vn nonibrc 
d'or infini, tant de difnenfcs , tant de pardons, 
indulgences , & autres fuftrages dVn reuenu mer- 
veilleux , mais principalement celuy des bcnefi^ 

CCS, 



Diqitizod b" (^r^n,n\e 



deux iTîilions cî'or,8coutre cc qu'ilsVn rap 
au cootrorollç 8ç rcgiArc du Dattairc^il au 
fi ibï^ncéx , <{iw àrs principtiix banquier 
Royaume , luoitvetiâctivélbminaire exe 
toutes 1 s dcprfchcï faites en cour de Rom 
Ic&ktic-s bcncficcs vacans» foit par more, r<. 
ttcm<niaatrrai<fir.'MaB|Nirceque Beranc 
lîftoit fort d'auoïr l'cftat de la valeur du i 
tc^mporcl du Clerge',& que ceux du Clergc « 
oioycntfonncileinér, crainte que le Roy i 
dfruomuir leur grand & admirable rcucnu 
menteau pour contenter le S"^- Beranqiic lu- 
i'orcillc t le bailieray au Roy ou à vous , qu 
voa$ plaira* l'cftat du renemi que demaoïlcz. 

S V R CF= le dcputé de Prooence s^dreflâ 
S*^' Fronicntcau,parla ainH* 

Sans vous amufer fifort à çrpclucher le 
ni^rsqde leue le Roy fur meûitm» du Clerg* 
nloinsà la vérification dç ceux que Ion porte 
Clin an à RomeJcfuis d'aduisqoc vous,auec c 
«pies vns de la com pagn ie , drefliet \ lotlir vi 
tit rc cil : il, qui contiendra fommairemct lapr« 
des principaux articles de ceft eftat, ) ce c] 
mcTsieurslcs Intendansdcs finances y crouuo 
d'auenture quelque difficulté poUàifiaeftre pi 
de leur rcprcfcntcr la prcuue. 

VosTRE opinion eft bonne,rcrponditlede 
té de LançuMOiÉ > Maisil melêniblc au'auant 
procéder a recueillir telle s prcuues , cnjcune P 
uincc ou Dioccf^- doit drclfor cft,u pirriculirr, 
tous les deniers qu'ils ont fournit pour leur cet 

{^are& portion , qu'elle peut auoir iburoy <fe 
ommcrniaeiftlle de l*eftat «iwfal,qni &ni 



"1 

iS^^ I 

«ctiCantf yoas-deia Prouince de Guyenne» ie Rum I 

bien content d'accufer Tincongruitc que plu (leurs 
ont acoullume de faire , par faute de n'eilre bicA , 
expérimenter au fait des finances* 

1 E ne prcndray iamais en mauuaife part S*^*Bc^-. 
ranque^chofequevousme puiisiczdire:car ie re^ , 
Ipeftc la barbe blanche, rhonneur,vcrtu,dcgre Se 
reputatiô que vgus tenez» Si croirez- vous s'il vous . 
plaift 9 qu'encore que ie ne (bye fi bien apprisaux 
aftairés d'cfl:at,&: des fiiûces que vous: fi cognois- 
ie bien ne m'cilre en rien oublié au nombre que 
i'ay mis en auant. PottrlaiufiificationdttqucUie ' 
perfifte & fupplic très aôedueufcment tous les 
députez des autres Prouinces» qu'en i'£fiat parti- i 
culicr qui fc drcflcra de chacun Dioce(e,onfpecî-. 
fie tous les deniers debourcezpar ie Tiers cfl:at> 
outre ceux qiii font entrée en la bource du Koy^Ôc 
• alors vous verrez fi mon dire fera véritable. 

Mëssiëvrs desProuinccsyditleS^'^eranque^ 
feront ee qui leur plaira, mais fi ie fuis creu iê cou- : 
tenterôt de ï'Eftat gencral,& encore s'ils me vou- 
loycnt croire f ne le prefenteroyent au Roy : car 

cela ne fera q^c Tattriller. 

GVY^NNB 

La raifbn? , 

B E R A N CLV E 

Par ce que le mettrez en ipucy de cercher. ce 
bon d'£ftat> & il ne (è pourra iamais trouuen^ 

G V Y F N N E 

S I £tut*il bien qu'il fe treuue^car cent foixante 

quinze milions d'cfcus d'oi fol ne fc Jovacnt 
ainùperdrc*Or pour les trouucr>il n'y a pas meil>* 
leur moyen que de luy Êiir;* voir» non feulement 



I 



Digitized by Google 



^5^ 

fcroît bien le lieu d'en faire mcntîoîl,maîs oii â ; 
uifc les rcfcruer à vne autre fois,car il faut au preala 
ble voir l'entier de tous lefdits eflats particuliers^ 
à ce que d'iccuxonpuifleà Tail tirer les preuucs 
qui fcrpnt neceflaires. Bien peut-on défia voir par 
1 Epiftte Luminaire, vne clarté merueillcufe,pour 
trouuer cent miliôs de liurcs tournois,que le Roy 
peut auiourd*huy deuoir. Et quand on n'auroit 
autre preuue que cefte-là, aifcracnt peut-on co- 
gnoiftre de la vérité & fruiâ: merueilleux qu'on 
peut tirer du prefent cftat: car c*eft la clef pour 
ouurirla première porte pour entr?r aux cabinets 
de ceux qui ont entre leurs mains le Bon de ccil 
cftat, qu'on interpelle derechef fe vouloir cothi- 
fer d'cux-mefmes , à dégager la Couronne. La 
fomme(tout bien cpnfideré) eft bien petite» au 
prix de celle qu'ils thefaurifent , les afTeurant , que 
s'ils nele font, ils verront a-pres les Eftats particu- 
liers de chacun Diocefê dreifez 9 qu'on eiclairera 
tellement leurs cabinets qu'on verra tous & cha- 
cuns les deniers qu'ils y ont mis du bon de ceft 
cftat. Et s'il faut difcuter les dons, immenfes , ce- 
la aggraucra derechef la rétention des deniers 
qu'on leur demande: qui me fait les fupplier fz 
vouloir ranger à t'honnefte , facile & auan- 
tageufe offre, & compofition qui 
leur a efté cy depant ouuertci 
ils feront beaucoup 
pour eux* 

*'»./' ^5 « •» * . 

9 

FIN'* • 



Digitized by Google